Les pilotes, qui participent au Championnat du monde 2020, ont été informés hier qu’ils ne pourront pas porter de vêtements, qui comportent des slogans ou des messages, lorsqu’ils effectueront des tâches officielles après un Grand Prix (cérémonie sur le podium, interview, conférence de presse).
La Fédération internationale de l’automobile (FIA) a déclaré que les pilotes sur le podium «devront rester vêtus uniquement de leurs combinaisons». En revanche, ils pourront continuer de porter des vêtements avec un slogan avant chaque départ.
Il y a deux semaines, lors du Grand Prix de Toscane, Lewis Hamilton, qui avait remporté la course, avait porté un tee-shirt où était écrit : «Arrêtez les flics qui ont tué Breonna Taylor», avant le GP, sur le podium et lors des interviews, qui avaient suivi sa victoire. Breonna Taylor était une femme noire abattue, alors que des agents faisaient une descente chez elle à Louisville, dans l’État du Kentucky, au mois de mars dernier. C’est l’une des nombreuses affaires qui a été au centre des manifestations pour les droits civiques aux États-Unis, ces derniers mois.
Mercredi, les autorités américaines avaient décidé de ne poursuivre aucun des policiers impliqués dans cet homicide. Cette décision avait conduit de nombreuses vedettes du monde sportif, dont Lewis Hamilton, à exprimer leur colère et leur déception. En marge du Grand Prix de Russie, qui s’est couru hier, Hamilton a déclaré : «J’ai fait quelque chose qui ne s’est jamais vraiment produit en F1 et ils vont évidemment l’empêcher d’avancer. […] Je ne regrette pas un seul instant. Je suis généralement mon coeur et fais ce que je pense être juste. […] Les gens disent que le sport n’est pas un lieu de politique. En fin de compte, c’est une question de droits de l’homme et, à mon avis, c’est quelque chose sur laquelle nous devrions insister.»