Sergio Pérez (Red Bull) a piégé le poleman Charles Leclerc (Ferrari) au départ sur une piste mouillée pour faire la course en tête et remporter sa deuxième victoire en 2022, hier. Mal parti, fautif sur une tentative de dépassement, Max Verstappen (Red Bull) a fini septième, et attendra au moins une semaine pour se couronner. Carlos Sainz (Ferrari) a complété le podium.
Première balle de match manquée pour Max Verstappen (Red Bull). Le Néerlandais, qui devrait valider incessamment sous peu un second titre mondial, a terminé 7e du Grand Prix de Singapour remporté par son coéquipier Sergio Pérez (Red Bull), hier après-midi. Le Mexicain a surpris le poleman Charles Leclerc (Ferrari) à l’envol et a résisté aux assauts répétés du Monégasques pour s’imposer par 7,5 secondes d’avance. Un écart qui devrait se révéler suffisant pour compenser une éventuelle pénalité pour infraction sous régime de voiture de sécurité. Carlos Sainz (Ferrari) complète le podium. Quand ce n’est pas Max Verstappen (Red Bull), c’est Sergio Pérez (Red Bull) qui prive Ferrari et ses pilotes d’une victoire. Les monoplaces transalpines étaient les favorites à Marina Bay, mais c’était sans compter la réussite du pilote mexicain dans les circuits urbains. Après Bakou l’an dernier et Monaco cette saison, Pérez a ajouté Singapour à son tableau de chasse.

PÉREZ VITE DEVANT, VERSTAPPEN RATE UNE BALLE DE MATCH
Des rebondissements et, quand même, un profond ennui de trois heures. C’est peu ou prou le résumé de cette 17e manche du Mondial 2022, dont le départ a été retardé en raison des conditions climatiques. Elle a été marquée par six abandons, notamment des deux Alpine, et par la double sortie de la voiture de sécurité ainsi que par le double déploiement de sa version virtuelle.
Arrosée en abondance avec la course, la piste a mis un temps fou à sécher, obligeant les pilotes à conserver leurs pneus intermédiaires, et il fallut attendre la 21e boucle pour voir George Russell (Mercedes) chausser des slicks médiums. Le Britannique s’est mué en cobaye, et toutes les écuries avaient les yeux rivés sur sa Flèche d’argent. Red Bull a surveillé les performances de Russell, dont le pari ne s’est pas révélé suffisament payant pour entrer dans la zone des points. Mais l’écurie autrichienne avait du pain sur la planche puisque Pérez trônait en tête de la course. Le Mexicain a surpris le poleman Charles Leclerc (Ferrari) à l’envol et a rapidement pris le Grand Prix à son compte.
Son coéquipier n’a pas connu la même chance du tout, chutant du 8e au 12e rang à l’extinction des feux. Verstappen connaissait la réponse à l’équation «comment valider mon deuxième titre à Singapour», et le scénario inverse s’est finalement noué : le Néerlandais a terminé 7e tandis que Leclerc, provisoirement deuxième, reste en vie. Pourquoi provisoirement ? Parce que la direction de course doit se réunir pour statuer autour d’une pénalité à attribuer à Pérez pour une infraction sous régime de voiture de sécurité. Les dés ne sont donc pas jetés pour la victoire, mais Verstappen sait qu’il devra attendre, dans tous les cas, le Japon et son circuit de Suzuka pour convertir sa deuxième balle de match.

LE FANTÔME SAINZ, LE JOLI COUP DE MCLAREN
Troisième sans jamais être dans le coup, Carlos Sainz (Ferrari) a traversé la course comme un fantôme. Il a devancé Lando Norris (McLaren) de plus de 11 secondes mais, à la décharge de ce dernier, le jeune Britannique a longtemps eu Verstappen sur ses côtes.
A la lutte avec l’infortunée Alpine pour devenir la quatrième force du plateau, McLaren a signé la meilleure opération dans la cité-État. L’écurie orange a placé ses deux pilotes dans le Top 10. Après quatre courses hors des points, Daniel Ricciardo a terminé cinquième, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le Grand Prix d’Arabie saoudite en décembre 2021 ! Accusant un débours de 18 points sur Alpine à l’entame du week-end, McLaren compte dorénavant quatre points d’avance.
Un coup double, c’est aussi ce qu’a réalisé Aston Martin. On n’attendait pas l’écurie de Silverstone à ce niveau, mais Lance Stroll (P6) et Sebastian Vettel (P8) ont glané 12 unités. L’Allemand, quintuple vainqueur à Singapour, a résisté à Lewis Hamilton (Mercedes, P9), parti à la faute lors d’une relance au 33e tour.

GASLY FERME LE TOP 10
Pierre Gasly (AlphaTauri), lui, a fermé la marche du Top 10. Le Français visait mieux avec un départ au 7e rang. Son compatriote Esteban Ocon (Alpine) a jeté l’éponge dans un panache de fumée à la 28e boucle, comme Fernando Alonso (Alpine), contraint à l’abandon pour sa 350e course en F1, nouveau record de la discipline.
Après 17 manches, Verstappen (Red Bull) compte 341 points, soit 104 et 106 de plus que Leclerc (Ferrari) et Pérez (Red Bull). Son second sacre de rang pourrait intervenir le week-end prochain à Suzuka (Japon). <