Parti en pole position, Lewis Hamilton a remporté pour la troisième fois de sa carrière le Grand Prix de Monaco, hier. L’Anglais, qui a devancé Sebastian Vettel et Valterri Bottas, a ainsi signé sa quatrième victoire de la saison en six courses et conforté son leadership au général. Pénalisé de cinq secondes, Max Verstappen a terminé 4e, juste devant Pierre Gasly.
Lewis Hamilton a honoré le casque de Niki Lauda qu’il portait hier en Principauté en remportant sa quatrième victoire de la saison, sa troisième dans les rues de la Principauté, au bout d’une lutte de plus de trente tours avec sa Mercedès pour la tenir sur la piste avec des pneus très dégradés. Chaussé de «medium» – un choix erroné – le Britannique a contrôlé le comportement sousvireur de sa W10 et en même temps Max Verstappen, très pressant dans ses rétros. Au point de devoir couper la nouvelle chicane du port au 76e tour, pour écarter l’attaque du Néerlandais.
Troisième derrière les Mercedès au premier tournant au départ, le pilote Red Bull a tenté son va-tout dans la pit lane lors de la neutralisation motivée par les débris laissés par la Ferrari de Charles Leclerc, pour forcer le passage sur Valtteri Bottas. Arrivé deuxième mais pénalisé de cinq secondes, il a donc rétrogradé au quatrième rang, derrière Sebastian Vettel (Ferrari) et le Finlandais de Mercedès.
Ces quatre dans une classe à part, Pierre Gasly (Red Bull) a trompé sa solitude de cinquième homme en chassant avec succès le point du meilleur tour en course. Les accessits largement ouverts aux outsiders, Carlos Sainz (McLaren), Daniil Kvyat, Alexander Albon (Toro Rosso), Romain Grosjean (Haas) et Daniel Ricciardo (Renault) ont complété le Top 10.
Au championnat du monde Pilotes, Hamilton mène désormais avec 17 points d’avance sur Bottas, et 55 sur Vettel qui a repris la troisième place à Verstappen pour 4 unités. Chez les constructeurs, Mercedes, avec 257 sur 264 possibles, a déjà rejeté Ferrari à 118 longueurs.