Une convention portant sur la formation des journalistes professionnels et des étudiants sur les aspects techniques liés au domaine des startups a été signée, hier à Alger, entre le ministère délégué auprès du Premier ministère chargé de l’Economie de la connaissance et des Startups et l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information (ENSJSI).
Cette convention a été signée par le directeur des startups et des structures d’accompagnement auprès du ministère Noureddine Ouaddah, et le directeur de l’ENSJSI Abdeslam Benzaoui, en marge de la première session de formation des journalistes professionnels s’intéressant au domaine des startups au niveau de l’ENSJSI, en présence du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des Startups, Yacine El-Mahdi Oualid.
«L’objectif de cette convention n’est pas seulement de former des journalistes professionnels mais aussi de permettre à des étudiants de mieux saisir les différents aspects liées aux nouvelles technologies, aux startups et à l’économie de la connaissance», a souligné M. Oualid lors de son intervention, estimant que l’ENSJSI était le cadre «idéal» pour permettre aux journalistes et étudiants de «s’imprégner» de cette thématique.
Les formations dispensées dans le cadre de cette convention seront assurées par les cadres du ministère délégué et des structures et établissements sous sa tutelle, soit par des personnes «directement» concernées par ces thématiques qui partageront leurs connaissances avec les journalistes et les étudiants, a expliqué le ministre.
Evoquant la formation de deux jours organisée au profit des journalistes professionnels, les 10 et 11 janvier courant, M. Oualid a relevé que cette première session permettrait aux journalistes de mieux cerner tous les sujets ayant trait au domaine des startups et de l’économie de la connaissance qui est «nouveau» pour la société algérienne.
Le ministre a assuré que les journalistes ont un rôle «déterminant» dans la vulgarisation de ces domaines auprès des porteurs de projets, notamment innovants, considérant que les Algériens ont des aptitudes dans le domaine technologique et l’assimilation des nouvelles notions telles que l’entrepreneuriat innovant et l’économie de la connaissance.
La première session de formation s’articulera autour de la définition de la startup qui se distingue par sa vitesse de croissance et sa tendance vers l’innovation, en plus d’aborder le cadre organisationnel qui régit ce type d’entreprises.
Parmi les aspects abordés lors de cette première formation, figurent aussi le mode de financement adapté aux startups basé sur la notion du capital risque, ainsi que les structures d’accompagnement de ces entreprises, à savoir les incubateurs et les accélérateurs.
Pour sa part, M. Benzaoui a considéré que la signature de la convention entre l’ENSJSI et le ministère délégué était «une étape importante» dans l’introduction de l’école, qu’il dirige, dans le domaine des startups qui jouent un rôle «axial» dans la croissance de l’économie nationale.
Après avoir obtenu leur diplôme, a-t-il souligné, les étudiants pourront aborder le domaine de l’entrepreneuriat en créant leur propre startup et contribuer à la croissance de l’économie nationale.