Le groupe pharmaceutique Saidal et l’université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène (USHTB) ont signé une convention qui porte sur la promotion de la recherche scientifique. Les deux parties, réunies hier au siège du rectorat de l’USTHB et représentées par le PDG de Saidal, Fatoum Akacem, et le recteur de l’université, Djamel Eddine Akretche, ont fait savoir que l’objectif de ce partenariat est de «fixer» les modalités de collaboration en matière de «formation» de «recherche scientifique et technique», mais également d’organisation de stages au profit des étudiants de l’USHTB.
Les deux responsables ont expliqué, en ce sens, que la convention conclue pour «une durée de trois ans» permettra l’échange «d’assistance technique» entre le groupe pharmaceutique et l’université. Le recteur de l’USTHB, M. Akretche, souligne, à ce titre, que plusieurs domaines de coopération seront couverts, notamment «l’organisation et l’encadrement de conférences, séminaires, colloques et journées d’études (…), de cycles de formation, de perfectionnement et de recyclages des employés du Groupe Saidal, ou encore la tenue de programmes d’assistance technique et conseil en ingénierie au profit des unités de production du groupe pharmaceutique public» au niveau des différents laboratoires et centres de recherche de l’USTHB. Les étudiants de l’université auront, quant à eux, la possibilité de suivre des «stages pratiques et des visites pédagogiques» au niveau des infrastructures du groupe pharmaceutique, selon le même responsable.
En plus de l’échange d’ouvrages et documents scientifiques techniques existant chez les deux parties «afin d’enrichir le fond documentaire des deux organismes», le recteur de l’USTHB a mis en exergue la volonté de l’université d’accéder à l’innovation et la réalisation des brevets de recherche et industriels sur de nouvelles molécules. «Cette convention de coopération va renforcer les liens et la proximité entre le monde industriel et l’espace universitaire», a-t-il dit par la même occasion,
Quant au PDG de Saidal, Fatoum Akacem, elle annonce qu’une équipe interne au groupe sera prochainement chargée de coordonner le travail avec l’université «en vue d’élaborer des thématiques de recherche et de formation». Des «équipes mixtes» devraient ainsi voir le jour afin de définir les formations prioritaires dans les domaines de la pharmacie, de la biologie et de l’industrie du médicament «dans le contexte actuel de pandémie de la Covid-19. Il y a nécessité de développer des partenariats avec les universités algériennes en vue de mener des projets de recherche et d’améliorer la qualité de la formation de nos étudiants et cadres».
L’Université Houari-Boumediène propose, pour rappel, trois filières en lien direct avec l’industrie pharmaceutique, à savoir les formations de master dans le génie pharmaceutique, de chimie du médicament ainsi que dans les sciences pharmaceutiques au sein de la faculté de biologie. Le responsable de l’USTHB ajoute que ce nouveau partenariat avec Saidal aura également pour but d’élargir les domaines d’étude. «Nous voulons aussi lancer à travers cette convention avec Saidal une réflexion sur la mise en place d’un master pluridisciplinaire afin de former des profils recherchés par les industriels du médicament », a-t-il noté.
La conclusion d’un partenariat avec le groupe industriel public serait, par ailleurs, un moyen de lier l’université à son «environnement», un avis appuyé par M. Akretche, en soulignant que l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène était «située dans une zone stratégique» proche des sièges des ministères, des administrations centrales, ainsi que des zones d’activités industrielles de la capitale. Il a expliqué, à ce propos, que «la signature de cette convention avec Saidal permet à l’université d’interagir avec son environnement et d’améliorer la qualité de la formation des étudiants et d’être à l’écoute de tous ces organismes».