C’est aujourd’hui que les apprenants et les stagiaires de la formation professionnelle font leur rentrée après un retard rendu obligatoire par la crise sanitaire due à la pandémie de la Covid-19. Ainsi, ce sont 1 200 établissements à travers le pays qui ouvriront leurs portes pour la nouvelle année pédagogique 2020-21 avec les mesures de précaution requises en matière de lutte contre le nouveau coronavirus. Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels, qui chapeaute les centres de formation, affirme avoir fait le nécessaire pour la santé de son personnel enseignant et de ses pensionnaires, notamment le nettoyage et la désinfection de l’ensemble des équipements et des structures pédagogiques.
Pour la nouvelle année pédagogique 2020-21, «plus de 538 000 places pédagogiques, ainsi que 83 215 lits pour les internats» sont disponibles, indique le ministère. 201 centres de formation spécialisés proposent une formation de technicien supérieur (TS), avec une capacité d’accueil de 60 300 places, ajoute la même source. Plusieurs nouvelles spécialités sont au programme de cette année et seront enseignées selon les spécificités régionales et les niveaux de formation.
Celle de la phoeniciculture est, par exemple, proposée par les établissements de formation des wilayas de Tébessa, Ouargla, Ghardaïa et El Oued. Celle de la plasturgie est assurée par les centres de Sétif, Skikda, Bordj Bou-Arréridj et Tipasa tandis que dans le domaine en relation avec l’agro-industrie, la fabrication des fromages sera enseignée à Chlef, Béjaïa, Blida, Alger et Boumerdès. Une nouvelle spécialité dédiée à l’arboriculture fruitière à Biskra et une autre dans les énergies renouvelables seront également assurées par les centres d’El Oued.