Une rencontre a regroupé les partis réunis sous l’Appellation des forces du Pacte de l’alternative démocratique (PAD), avant-hier à Alger, au siège fédéral du FFS, consacrée à l’évaluation des «assises nationales pour l’Alternative démocratique et la souveraineté populaire» qui se sont tenues le 25 janvier dernier. Des assises au cours desquelles a été rendue publique une plateforme devant conduire à l’organisation d’une conférence nationale.
L’occasion a été saisie par le PAD, lors de cette rencontre d’évaluation, de plaider pour un regroupement le plus large possible de toutes les forces vives, qu’il s’agisse de partis politiques, de syndicats ou encore d’associations, dans la perspective de la tenue de sa conférence nationale.
De prime abord, les partis composant le PAD que sont le FFS, le RCD, le PST, le PT, le RCD et l’UCP ainsi que la LADDH représentée par Noureddine Benissad, ont estimé positif le bilan de leur rencontre du 25 janvier dernier, et ce, après avoir remercié tous ceux et celles qui y ont participé.
Ils ont déclaré à ce propos, dans un communiqué rendu public hier, qu’ils «se félicitent de la réussite des assises nationales organisées la semaine dernière au siège du RCD». Cet événement a «regroupé quatre cents participants de divers horizons politiques qui œuvrent pour la nécessité de changement du régime et de l’avènement d’une nouvelle république démocratique et sociale basée sur la souveraineté populaire pleine et entière et sur un Etat de droit», ont-ils ajouté.
En perspective de l’organisation de leur conférence nationale dont la date exacte n’a pas encore été fixée, les forces du PAD comptent se réunir de nouveau la semaine prochaine. Il s’agit de deux réunions qui se tiendront la première samedi 8 février et la seconde lundi 10 février. Ils ont fait savoir que la conférence qu’ils avaient initialement prévue d’organiser vers la fin du mois en cours verra sa date reportée en raison du délai qu’ils estiment pas suffisant pour bien s’organiser.
En attendant, les forces du PAD se disent toujours «attachées au principe de l’action unitaire et du regroupement le plus large possible de toutes les forces politiques, syndicales, associatives et autres forces vives». De même qu’elles affirment qu’elles poursuivront leur ouverture à «la tolérance, et ce, sans exclusion et sans haine et loin des discours de division, à tous ceux et celles qui partagent les principes généraux du Pacte de l’Alternative démocratique». Pour eux, «un processus autonome de concertations multiples et tous azimuts, mené de manière systématique et ordonné, permettra de dégager des consensus politiques et des espaces organisationnels collégiaux».
Se prononçant sur un autre sujet, les partis de l’Alternative démocratique déclarent avoir enregistré «avec satisfaction l’acquittement de Samir Belarbi qui a passé arbitrairement près de cinq mois en détention provisoire». Dans ce même contexte, ils «réitèrent leur exigence de la libération et de l’acquittement de la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, ainsi que des autres détenus que sont Karim Tabbou, Abdelouahab Fersaoui, Fodil Boumala, Nour El Houda Ougad». Ils réclament, d’une façon générale, la libération de «tous les détenus politiques et d’opinion ainsi que l’abandon de toutes poursuites contre eux, mais aussi leur réhabilitation pleine et entière».