Une équipe inquiétante, c’est ce que le public algérien aura vu une dernière fois avant le début de la Coupe d’Afrique des nations 2017 prévue du 14 janvier au 5 février au Gabon.

Le staff technique a programmé deux rencontres amicales face à la Mauritanie pour préparer la messe continentale. Si la première s’est déroulée devant les travées du stade Mustapha-Tchaker (victoire 3-1), la seconde se tiendra cet après-midi au Centre Technique national (CTN) de Sidi Moussa à l’abri de tous les regards. Un huis clos en cache-misère ?
Avant de s’envoler dans deux jours à Franceville, où ils séjourneront – au minimum – pendant le premier tour de la CAN 2017, les Fennecs passeront un dernier test contre la même sélection qu’ils avaient dominée (en seconde mi-temps plus que la première) samedi dernier. Plus que la qualité de cet ultime examen blanc, c’est le contexte dans lequel se fera le passage au révélateur. Sur cette partie, on ne saura pas grand-chose et on ne pourra pas s’arrêter sur la dernière copie que rendra l’EN à cinq jours pile du début de leur campagne africaine. Ce que l’on sait par contre c’est que le sélectionneur national, Georges Leekens, alignera son équipe type cette fois dans l’optique de mettre les dernières retouches pour ce qui est du dispositif tactique. Mahrez, Slimani, Soudani et Brahimi seront donc de la partie. Il y aura aussi le portier Raïs M’Bolhi qui reviendra dans les cages à la place de Malik Asselah qui avait joué la première rencontre contre les «Mourabitoune» il y a 4 jours. Le choix de ne pas se produire devant une assistance reste incompréhensible. Il est même inédit dans cette phase préparatoire parce que les 15 autres sélections qui prendront part à la compétition CAF ne se sont pas recroquevillées sur elles-mêmes pour cacher leurs plans tels des secrets d’Etat. On ne sait donc pas quel est vraiment la bonne chose derrière cette méthode pour le moins intrigante. Incompréhensible même. Le technicien Belge veut, semble-t-il, éloigner la pression sur ses poulains et cacher ses cartes. En tout cas, ses protégés avaient vraiment du mal lors de la première sortie contre les Mauritanien. Lors de ce duel, les coéquipiers de Hichem Belkaroui étaient loin d’être bluffants. En outre, pendant le stage de préparation, qui a début le 2 du mois en cours, il faut dire que certains ont eu un menu (trop) light. Même si le successeur de Milovan Rajevac avait révélé, lors de la conférence de presse animée le jour du début du regroupement, qu’il y aura «des entrainements à la carte », la charge de travail a été considérablement allégée. Notamment pour Mahrez et Slimani qui n’ont intégré le groupe que dimanche dernier après avoir débarqué 4 jours après la journée inaugurale de ce « conclave ». Est-ce vraiment la bonne méthode pour optimiser la cohésion, on ne va pas trancher. Cependant, la tendance est pour constater que le séjour au CTN était trop décontracté pour certains dont l’attitude et le laisser-aller sautaient aux yeux lors de l’acte I, tenu le 7 janvier écoulé, contre la Mauritanie. Notamment sur le banc de touche où quelques éléments clés ne semblaient pas vraiment concernés par ce qui se déroulait sur le rectangle vert. En tout cas, l’épreuve réelle commencera incessamment. Le 15 janvier à venir contre le Zimbabwe à l’occasion de la première journée de la poule « B» où l’on retrouve la Tunisie ainsi que le Sénégal. Et là, Leekens et ses ouailles ne pourront plus se cacher.