Le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football (FAF) a décidé de donner délégation aux actuels présidents de Ligues nationales pour gérer lesdites Ligues jusqu’au renouvellement de leurs mandats avec l’organisation de l’assemblée générale élective (AGE), a annoncé l’instance fédérale hier sur son site officiel.
En raison de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), les différentes associations nationales, dont le mandat est arrivé à terme, n’ont pu organiser leur assemblée générale ordinaire (AGO), lesquelles seront suivies par les AGE. Au cours de la réunion du BF lundi, « les présidents Ali Malek (Ligue nationale de football amateur) et Youcef Benmedjeber (Ligue inter-régions) ont présenté chacun la situation des championnats de leurs Ligues respectives, où ils se sont attardés sur les cas qui ont nécessité des arbitrages pour départager certaines équipes dont le classement ex aequo a nécessité le recours à l’application de certains articles de la réglementation ou bien au cas échéant, au recours à l’indice des points sur le nombre de matchs disputés».

Projet de Ligue 2 amateur validé hier
Dans le cadre du léger remaniement apporté au système pyramidal de la compétition, avec une Ligue 1 professionnelle de 20 clubs, et une Ligue 2 amateur de deux groupes avec 18 clubs chacun, la FAF a souligné que le projet de la Ligue 2 amateur « sera validé ce mardi (hier), après la réunion avec les présidents des Ligues régionales (dans la matinée) et celle (dans l’après-midi) avec les présidents des clubs se considérant lésés par les règles de départage appliquées ».
Pour ce qui est des clubs professionnels évoluant désormais en Ligue 2 amateur, « ces derniers ont la possibilité de garder leur licence professionnelle pour une durée de deux ans, en attendant de retrouver leur statut d’amateur », explique la FAF, tout en précisant que « les clubs amateurs ne peuvent en aucun cas prétendre au statut professionnel, tant qu’ils évolueront en Ligue 2 ».
Concernant les clubs qui ont accédé au palier supérieur, la FAF insiste « qu’ils devront répondre aux exigences du cahier des charges de la licence professionnelle, dont la création d’une société sportive par actions (SSPA) au cas où, entre temps, ils auraient liquidé l’ancienne société ».
Tout en regrettant « les tentatives de déstabilisation ici et là de certains cercles », la FAF s’est engagée « à accompagner les clubs à redevenir amateur, de même qu’elle veillera à ce que des clubs puissent garder temporairement leur statut de professionnel comme le permettent les lois de la Fédération internationale (Fifa).»