Le calendrier de la participation des entreprises algériennes aux foires internationales, agroalimentaires notamment, en Europe, en Asie et en Afrique, entre autres, a été scrupuleusement suivi au cours du premier semestre 2019. L’Algérie sera également de la partie aux prochaines foires qui se tiendront au mois de septembre, à Istanbul et à Damas, ainsi qu’à Moscou, où notre pays sera l’invité d’honneur. Selon l’un des responsables à la direction des manifestations internationales à la Société algérienne des foires et des exportations (Safex), Anis Benchabanne, l’affluence des entreprises nationales va surtout pour les salons internationaux dédiés à l’agroalimentaire et à la transformation industrielle. «Des centaines d’entreprises nationales ont pris part à ces manifestations, surtout celles portées sur l’export. Les opérateurs versés dans l’agroalimentaire, les produits du terroir surtout, ont réussi, non seulement à décrocher des contrats mais aussi à écouler toute la marchandise emportée comme échantillons», souligne-t-il. «Les dattes, l’huile d’olive, les figues sèches, les confitures algériennes, assure-t-il, sont des produits qu’on s’arrache dans les salons internationaux. De même que les fruits et légumes frais». «La plupart des entreprises participantes sont des PME. Dans certaines foires, ces dernières sont prises en charge à 100% par le Fonds spécial pour la promotion des exportations et à 80% dans d’autres foires. C’est pour encourager les opérateurs à aller davantage vers l’export», affirme-t-il. Il reproche, toutefois, à certains opérateurs intéressés de ne pas fournir assez d’effort en matière de communication pour prendre part à ces événements internationaux. D’autres, appréhendant carrément de pénétrer sur le marché extérieur, préfèrent s’abstenir d’y participer. «On est obligé parfois de brusquer les entreprises pour les pousser à participer à ces événements internationaux. Dans le secteur du bâtiment, par exemple, où la concurrence est rude et où les normes sont rigoureuses», fait-il savoir. Les produits algériens, d’après ses estimations, attirent l’attention surtout dans les marchés où ces produits ne sont pas connus et ce, contrairement à ceux du Maroc et de la Tunisie. «Sur ces marchés-là, les visiteurs sont curieux de découvrir des produits des pays qu’ils ne connaissent pas. Pour notre part, nous avons, pour cette année, déployé des efforts supplémentaires en matière de design pour attirer le plus de visiteurs possibles. Le stand est conçu dans une architecture traditionnelle, avec des arcades, entre autres, et aux couleurs de l’Algérie, pour nous différencier des autres exposants», explique-t-il. Ce désign sera reconduit dans tous les prochains salons, celui du monde du bâtiment notamment, «Batimat» qui se tiendra au mois de novembre à Paris et où un stand de 500 m2 sera aménagé à l’intention des opérateurs nationaux. Ce sera la deuxième fois que l’Algérie prendra part à cet événement après l’édition de 2017, où 13 entreprises algériennes étaient présentes.