La chambre d’accusation près la Cour d’Alger a refusé, hier, la demande de liberté du journaliste Mohamed Mouloudj, en détention provisoire dans la prison de Koléa. Cette décision prolonge ainsi la détention provisoire du journaliste de Liberté, arrêté le 12 septembre après une perquisition de son domicile.
Il a été placé, deux jours plus tard, le 14 septembre, sous mandat de dépôt pour «diffusion de fausses informations», «atteinte à l’unité nationale» et «appartenance à une organisation terroriste» conformément aux articles 79, 87 bis et 196 du code pénal. Parmi les huit autres mis en cause dans l’affaire d’appartenance au MAK et placés en mandat de dépôt le 15 septembre à Tizi Ouzou, sept d’entre eux ont été maintenus en détention préventive, dont le journaliste Mouloudj, à l’exception de Saïdi Abdenour, amputé des deux jambes, qui a été a été libéré.
Par ailleurs, la chambre d’accusation près la Cour de Ruisseau a accepté l’appel de la défense de Fodil Boumala, relâché hier, mais qui reste cependant sous contrôle judiciaire, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Fodil Boumala a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du Tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, après sa présentation le 16 septembre 2021. Il a été arrêté avec perquisition au domicile à Alger le 14 septembre.
N. B.