Synthèse Kahina Sidhoum
Le Fonds monétaire international veut augmenter ses réserves et capacités à prêter de 650 milliards de dollars à travers une nouvelle émission de droits de tirage spéciaux (DTS), son instrument monétaire.
Sa directrice générale Kristalina Georgieva a précisé avoir un large soutien parmi les pays membres du FMI pour augmenter les actifs du Fonds et «faire tout ce qui est possible pour surmonter la pire récession depuis la Grande dépression». Une proposition formelle sera soumise d’ici juin au Conseil d’administration de l’institution. «Je suis très encouragée par les discussions initiales sur la possibilité d’une allocation de DTS de 650 milliards de dollars. En répondant au besoin mondial à long terme d’actifs de réserves, une nouvelle allocation de DTS profiterait à tous nos pays membres et soutiendrait la reprise mondiale après la crise de la Covid-19», a indiqué la patronne du FMI.
Les ministres des Finances du G7, réunis vendredi dernier en visioconférence sous l’égide du Royaume-Uni, avaient déjà officiellement soutenu l’idée de renforcer les aides aux pays défavorisés, fragilisés par la pandémie, par l’intermédiaire du Fonds monétaire international. Cette nouvelle émission de DTS, des droits équivalant à des actifs pour fournir de la liquidité aux pays concernés, sera la première depuis 2009, juste après la crise financière qui a conduit à la Grande récession.
Si elle était approuvée, l’allocation «augmenterait substantiellement les liquidités des pays, sans alourdir le fardeau de la dette», a encore plaidé Mme Georgieva. «Cela permettrait également de libérer des ressources indispensables aux pays membres pour aider à lutter contre la pandémie, notamment pour soutenir les programmes de vaccination et d’autres mesures urgentes. Et cela compléterait la gamme d’outils déployés par le FMI pour soutenir nos membres en cette période de crise», a-t-elle ajouté.
Du côté des partenaires du G7, ce soutien des grands argentiers «pose les bases d’un accord potentiel aux réunions d’avril du G20 et du Comité du FMI» pour qu’«aucun pays ne soit laissé à la traîne de la reprise économique après (la pandémie de) coronavirus», selon le ministre britannique de l’Economie Rishi Sunak. L’ONG Jubilee a qualifié, mardi, cette annonce «de progrès incroyable», selon Eric Le Compte, directeur de Jubilee USA Network. «Les pays en développement ont besoin de ces ressources pour confronter la crise aussi vite que possible», a-t-il ajouté, espérant qu’avec cette nouvelle allocation, 224 milliards de dollars devraient être immédiatement disponibles pour les nations à bas et moyen revenus. n