Après sa sortie, jeudi, à Blida, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, a supervisé hier, à la Maison de la culture Ahmed-Aroua de Koléa, la cérémonie d’installation de la commission de candidature du parti pour les législatives de 2017dans la wilaya de Tipasa.

«En plus de la commission de Tipasa dont il présidera les destinées, Ould Abbès chapeautera les commissions d’Alger et de Blida», a indiqué à Reporters Abdelkader Zahali, membre du Bureau politique du FLN chargé de la commission jeunesse.
Dans une salle comble acquise à sa cause et composée de jeunes, de femmes et de représentants d’organisation civile, Ould Abbès a bénéficié de la présence remarquée de l’un des frondeurs du FLN, Abdelkrim Abada, le chef de file des redresseurs qui a expliqué à la presse que «le mouvement des redresseurs est mené par des militants FLN et qui se dissoudra aussitôt que les raisons qui sont à l’origine de sa création ne seront plus de mise», citant plus particulièrement les motifs de «corruption» et de « listes électorales imposées d’en haut ». «Nous sommes avec Ould Abbès dans sa mission de purification des rangs du parti», a ajouté Abdelkrim Abada. Pour rappel, le secrétaire général du FLN avait indiqué récemment que l’heure était à la préparation des élections et que tous les autres problèmes internes au parti sont renvoyés au lendemain des joutes électorales. « Le prochain scrutin électoral est une bataille décisive pour le FLN», a dit le secrétaire général du Front de libération nationale indiquant que les objectifs tracés par le parti vont jusqu’au scrutin présidentiel de 2019. «Tipasa est une wilaya que j’ai eu l’honneur d’arpenter du temps où j’étais ministre. Elle est en possession de cinq sièges de députation à l’APN sur les sept qui lui sont réservés.
L’objectif du FLN est de rafler la totalité des sièges», a martelé dans son discours Ould Abbès. «L’instruction n°2 est une instruction du président de la République qui est lui-même président du FLN», a-t-il enchaîné. Avant d’ajouter : «Le FLN, c’est l’Etat», tout en annonçant que simultanément à l’installation de la commission des candidatures de Tipasa, 46 autres commissions de wilaya sont en train d’être installées. «Fini le temps des candidatures imposées. Le clientélisme et le piston sont bannis du FLN. Tout mouhafed qui n’exécute pas l’instruction n° 2 du parti sera sanctionné. Je m’en porte garant », a-t-il également insisté. «Le FLN bénéficie de la légitimité historique et de la légitimité de l’édification du pays », a-t-il également souligné, avant d’ajouter : « Le FLN est fort de ses 550 000 militants à travers le pays. Il compte 461 sièges à l’APN. Je suis là pour que le flambeau vous soit transmis par des mains sûres».
Le mouhafed de Cherchell, le député Mohamed Bouabdellah, a tracé la conduite de la campagne électorale que doit mener le FLN. Il a parlé d’une campagne qui s’annonce « féroce, même vis-à-vis des partis qui soutiennent le président Bouteflika ». Fidèle à lui-même, Abdelkader Zahali ne s’est pas empêché, lors de son allocution, de rappeler qu’Ould Abbès a été élu à la majorité par le Comité central du parti. «Les deux mouhafadas de Tipasa sont représentées à l’APN avec 5 députés sur les 7 sièges qui sont réservés à la wilaya à Tipasa. Tipasa est composé de 10 daïras et 28 communes. 70% à 80% des électeurs de la région de Tipasa sont FLN», selon une présentation succincte faite par Rachid Othmane, député et mouhafed de Tipasa. L’ambition déclarée est de faire en sorte que le FLN conserve la majorité des assemblées élues, législatives présentement. Notons que les candidats de ce parti sont en lice pour 461 sièges à l’Assemblée populaire nationale (APN).
L’opération d’installation des commissions a été lancée le 16 janvier dernier et devra concerner les 120 mouhafadhas et instances transitoires du parti. Commencera alors le dépôt des candidatures au niveau local et jusqu’au 30 du mois en cours. Les commissions dont les membres n’auront pas le droit de se porter candidats aux élections s’occuperont de « la collecte des dossiers et du tri préliminaire, avant de les envoyer sans classement au secrétaire général du parti », indique, pour rappel, l’instruction d’Ould Abbès.
Ce sera par la suite, à lui d’en valider et la liste et le classement. « La validation définitive des listes ainsi que le classement des candidats se feront entre le 7 février et le 27 du même moi au niveau central ».