Le Front de libération nationale (FLN) veut garder sa position de formation majoritaire sur l’échiquier politique national à la faveur des législatives du 4 mai prochain. Pour ce faire, une stratégie électorale a été élaborée par le secrétaire général du parti, Djamel Ould Abbès en personne.

C’est ainsi que l’un des éléments-clés de cette stratégie a été l’intégration des animateurs du mouvement de redressement du parti dans la préparation des législatives dans le but de faire taire toute contestation qui viendrait contrarier les objectifs électoraux du parti. En effet, Ould Abbès a confié une multitude de commissions permanentes à d’anciens redresseurs. C’est notamment le cas de l’ancien ministre du Tourisme et ex-député de Bouira, Mohamed Seghir Kara, auquel il a confié « la commission de la communication électorale », de Abdelaziz Ziari, ancien président de l’Assemblée populaire nationale auquel il a attribué «la commission de stratégie électorale», et de Amar Tou, ex-ministre des Transports auquel il a attribué « la commission économique ». Pour les plus récalcitrants et méfiants à son égard, à l’instar de Abderahmane Belayat, le secrétaire général du FLN a fait la concession de leur réserver un quota dans les listes électorales. « Nous avons constitué des listes électorales avec des militants sincères que nous avons confiés à la direction du parti », nous a expliqué à ce propos Belayat. Des quotas dans les listes électorales, Ould Abbès les a prévus même pour d’autres acteurs de la scène nationale. Il en est ainsi d’un quota dédié aux étudiants. «Des organisations estudiantines à l’image de l’UNEA et de l’AREN ont été sollicitées pour proposer des noms d’étudiants pouvant prétendre à la députation », nous a expliqué un membre de la direction du parti. Il en est de même pour l’Ordre des architectes, pour l’Association des agronomes ainsi que de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA). « Ould Abbès veut ratisser large, il veut intégrer le plus de catégories sociales pour une meilleure représentation des listes électorales », nous explique la même source. Une autre catégorie, très prisée par Ould Abbès, est celle des hommes d’affaires. C’est ainsi que, selon nos sources, des hommes d’affaires ont été intégrés dans les listes électorales, à l’instar de T’liba Baha Eddine qui se représente à Annaba, Mohamed Djemai à Tébessa et Moussa Benhamadi à Bordj Bou-Arréridj. Des sigles d’organisations patronales à l’image du Forum des chefs d’entreprise (FCE) sont évoqués, mais sans toutefois citer de noms. L’autre élément phare dans la stratégie élaborée par Ould Abbès se décline à travers les éléments du discours de campagne. En effet, selon nos sources, les thèmes de campagne du FLN vont tourner autour de la dénonciation de l’argent « sale et de la chkara», des « réponses aux préoccupations populaires ».