C’est la semaine prochaine que les membres du directoire du FLN procéderont à la mise sur pied de la commission exécutive. Cette commission pensée pour remplacer les structures du parti dissous par Mouad Bouchareb et les autres membres du directoire sera composée d’une «trentaine de personnes», a-t-on appris auprès d’un membre du directoire.

Ce dernier a souligné que seuls quelques noms ont déjà été arrêtés pour figurer dans cette commission dont la mission première est la préparation d’un congrès extraordinaire. Interrogé, si Mouad Bouchareb pressenti au poste de SG, sera adoubé par la commission exécutive, notre interlocuteur a estimé que la course sera ouverte, sauf que, a-t-il dit, des critères seront arrêtés pour espérer prendre la tête du FLN.
Même si notre source préfère garder au secret «ces critères», une autre source évoque «le principe de rajeunissement de la direction». L’on apprend également auprès de cette même source qu’aucun militant n’est autorisé à engager des actions au nom du parti avant la tenue du congrès extraordinaire ou sans l’aval du directoire. Interrogée sur les noms qui pourront figurer au sein de la commission exécutive, elle a souligné que les assemblées élues, notamment le Sénat et l’APN, dégageront des noms, qui vont siéger aux côtés de militants connus.
Qui sont ces militants connus ? notre source considère qu’un travail a été fait récemment pour permettre au FLN de retrouver la sérénité. Cette sérénité est «celle qui a permis le débarquement d’Ould Abbès». Parmi les noms cités, l’on évoque Abdelhamid Si Afif, Djamel Bouras, Amar Djilani, Abdelouahab Benzaim, Mahmoud Kissari.
Mahdjoub Bedda, ministre chargé des Relations avec le Parlement, a informé, quant à lui, que l’association des anciens élus animera une rencontre de ses membres le samedi prochain à l’ouest du pays. Il a indiqué, à ce propos, que l’objectif de cette association n’est nullement lié au FLN, mais se propose comme regroupement de cadres qui ont servi le pays et qui soutiennent l’option de la continuité.