L’ancien secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) Amar Saïdani prend ses distances du parti. Il a, en effet, officiellement démissionné, hier de l’ensemble des structures du parti qu’il occupait jusque-là, dont essentiellement le Comité central. Dans sa lettre de démission, Saïdani évoque des problèmes familiaux. C’est Ali Seddiki, le secrétaire général par intérim, qui le dit, après avoir reçu, hier, un appel téléphonique de ce dernier. « Oui, en effet, je vous confirme avoir
été appelé hier au téléphone », a expliqué Ali Seddiki, l’actuel secrétaire général par intérim du parti. « Il m’a dit qu’il m’a transmis un courrier dans lequel il était question d’une lettre de démission de l’ensemble des structures du parti. » « Il m’a expliqué qu’il ne peut être dans les structures du parti pour des raisons familiales », indique encore Seddiki. Le départ d’Amar Saïdani s’explique-t-il réellement par des raisons familiales ? Personne n’est en mesure de le confirmer sauf l’intéressé, lequel selon toute vraisemblance a décidé de se retirer des activités partisanes du FLN. Mais, Saïdani s’était éclipsé depuis plusieurs années de la scène politique, surtout après sa démission de la tête du parti en 2016. Pour rappel, Amar Saïdani avait officiellement annoncé sa démission de la tête du FLN, le 22 octobre 2016, lors de la réunion du Comité central du parti, à l’hôtel El Aurassi, lors d’une rencontre pleine de rebondissements. La démission de Saïdani, à cette époque, a été une grande surprise pour l’ensemble des militants du parti. Il avait alors motivé sa démission en évoquant « des raisons de santé », mais avait expliqué qu’il restait militant actif du parti
« disponible pour mon parti ». Et c’est Djamel Ould Abbès qui lui avait succédé pour gérer les affaires courantes avant d’être propulsé officiellement secrétaire général du parti jusqu’à son incarcération à la prison d’El Harrach
en 2019.