Le professeur Riad Mahyaoui, membre du Comité scientifique du suivi de la pandémie de la Covid-19 en Algérie, a encore une fois tiré la sonnette d’alarme sur la flambée des cas de contamination au coronavirus notamment avec la propagation des variants qui font des ravages, surtout dans les milieux familiaux où sont enregistrés les principaux clusters ou foyers de contamination.

Par Sihem Bounabi
La propagation exponentielle des variants les plus virulents se traduit actuellement par la saturation des hôpitaux suite à l’afflux massif des malades en grande détresse respiratoire, nécessitant une hospitalisation pour être mis sous oxygène.
Face à cet indice fiable, le Pr Riad Mahyaoui a confirmé sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, comme l’avait déclaré le ministre de la Santé il y a quelques jours, que tous les moyens sont mis en place pour assurer les lits d’hospitalisation pour les malades Covid afin qu’ils soient tous pris en charge.
Le membre du Comité scientifique déclare ainsi que «suite à la saturation des unités Covid qui affichent tous complets, il y a une instruction ministérielle pour la suspension de toutes les activités médico-chirurgicales non urgentes, afin de transformer l’ensemble des services en unités Covid pour l’accueil des cas de plus en plus compliqués et de plus en plus nombreux, qui affluent chaque jour». Le Pr Mahyaoui a tenu, également, à saluer la «forte mobilisation de l’armée de blouses blanches face à cette nouvelle vague bien qu’elles soient à bout de souffle et épuisées après des mois de mobilisation sans relâche». Enchaînant : «Je tiens également à exprimer ma profonde gratitude à tout le personnel de la santé qui, face à la gravité de la situation, a pour la majorité spontanément suspendu les congés pour renforcer les équipes médicales qui luttent chaque jour pour sauver des vies.»
Pour rappel, la semaine passée, une polémique a éclaté lorsque certains médias ont répandu la rumeur que le ministère de la Santé avait pris la décision de suspendre les congés annuels des professionnels. Elle a notamment été nourrie par les déclarations du Pr Mahyaoui qui avait indiqué que, parmi les mesures qui seraient prises pour faire face à cette nouvelle vague de contaminations, «les congés annuels seraient suspendus ou limités à 15 jours».
Cette information a été rapidement démentie par un communiqué du ministère de la Santé qui avait souligné que les congés annuels étaient un droit fondamental des travailleurs de la santé. De leur côté, les syndicats de la santé avaient également affirmé qu’aucune circulaire des services du ministère n’a été transmise aux responsables concernant la limitation ou la suspension des congés annuels. Toutefois, les syndicats ont tenu à souligner que, par acquis de conscience professionnelle et face à la détresse des malades, malgré l’épuisement de certaines équipes qui n’ont pas été remplacées depuis le début de l’épidémie, le corps médical continue à être en première ligne de la lutte contre le coronavirus en reportant les congés ou en les écourtant comme cela s’est passé l’été passé, sans aucune consigne officielle mais avec la seule motivation du devoir de sauver des vies. Par ailleurs, concernant les mesures prises pour juguler la propagation rapide du coronavirus et de ses différents variants, le Pr Riad Mahyaoui est revenu sur la réunion qui a eu lieu avec le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et les membres du Comité scientifique, soulignant que la réunion a été notamment marquée par «les recommandations strictes faites par le Président en raison du laxisme enregistré dans l’application des mesures de prévention au sein de la société». Soulignant que «le non-respect des mesures préventives ne doit pas être toléré ou négligé, en particulier le masque de protection et l’interdiction des rassemblements, jusqu’à l’atteinte de l’immunité collective, et qui pourrait l’être lorsque environ 80% ou 90 % de la population seraient immunisés».
Concernant, l’évolution de la campagne de vaccination, le professeur Riad Mahyaoui a exprimé sa satisfaction concernant le sursaut constaté ces derniers jours chez les citoyens qui reprennent le chemin des centres de vaccination, après un flottement et une réticence de plusieurs mois. Il a salué également l’impulsion donnée par le gouvernement et les pouvoirs publics pour intensifier la campagne de sensibilisation, notamment à travers les médias et dans les entreprises.
Tout en rappelant que la vaccination est ouverte pour tous les Algériens âgés de plus de 18 ans, le professeur Mahyaoui a indiqué que «l’objectif souhaité de cette campagne est d’atteindre 15 millions de personnes vaccinées d’ici la fin de cette année», relevant toutefois que «si l’opération de vaccination se poursuit au rythme actuel, 20% ou 25% des Algériens pourront être vaccinés d’ici la fin de l’année».
Rappelons que ces chiffres sont en dessous des ambitions du gouvernement, il y a quelques mois on annonçait que l’«ambition était de vacciner plus de 20 millions d’Algériens». Au final, le Pr Riad Mahyaoui a insisté sur la nécessité de revenir à l’application stricte des mesures préventives, même après la vaccination, car «le vaccin protège des formes graves de la maladie, mais la personne continue d’être contagieuse même si elle est vaccinée». <