Le ministre des Finances, Brahim Djamel Kassali, a reçu lundi, en audience, au siège du ministère, une délégation de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), conduite par Mme Heike Harmagart, directrice générale pour la région Sud et Est de la Méditerranée (SEMED) auprès de cette institution, indique un communiqué du ministère.

Cette visite qui intervient suite à la récente adhésion de l’Algérie à la BERD, a pour objectif «d’amorcer un dialogue entre les deux parties visant principalement à identifier des pistes potentielles de coopération, à développer entre les deux parties dans les prochains mois à venir», explique la même source. Au cours de cette audience, M. Kassali et tout en remerciant son interlocutrice pour l’appui apporté par son équipe tout au long du processus d’adhésion de l’Algérie à la BERD, a voulu partager une vue d’ensemble sur les priorités de développement du pays, sur les réformes engagées et les défis à relever, notamment en matière de diversification de l’économie, la consolidation de la stabilité macroéconomique, le renforcement du cadre institutionnel régissant l’investissement et l’entreprenariat, ainsi que la création des conditions idoines pour une croissance économique solide et pérenne, précise le document. En rapport avec le domaine d’expertise de la BERD, à savoir, la promotion du secteur privé, «le ministre a mis en évidence la politique gouvernementale axée sur l’amélioration du climat des affaires et l’attractivité des IDE, tout en encourageant les activités productives génératrices de richesses et de valeur ajoutée», souligne le communiqué. Il a précisé que «ces objectifs figurent parmi les priorités majeures, inscrites dans le Plan d’action du Gouvernement qui établit des orientations claires, notamment, pour ce qui est de l’amélioration de la diversification de l’économie nationale, la modernisation de la gestion des finances publiques, la résorption de l’économie informelle et l’élargissement de l’inclusion financière, et le développement des activités et ressources budgétaires hors hydrocarbures». La promulgation récente d’une nouvelle loi sur l’investissement, conférant une meilleure visibilité, plus de garanties et davantage de stabilité pour les potentiels investisseurs, a été également abordée par M. Kassali, invitant, ainsi, la représentante de la BERD à partager l’expérience de son institution dans ce domaine. De même pour la promotion des start-up et des micro-entreprises en Algérie, avec le renforcement de son cadre juridique et l’instauration d’un écosystème approprié à ce segment d’activité. Pour sa part, Mme Harmagart et tout en félicitant l’Algérie pour sa récente adhésion à son institution, a tenu à confirmer «l’engagement de la BERD à apporter tout l’accompagnement nécessaire pour développer un partenariat gagnant-gagnant avec notre pays qui sera à la hauteur des priorités et des objectifs de développement fixés par le Gouvernement, notamment dans le domaine de la promotion de l’investissement et de l’amélioration de l’attractivité du pays». Elle a, dans ce cadre, souligné que la BERD dispose d’un éventail d’instruments et d’une expérience avérée, lesquels seront mis à la disposition de l’Algérie pour accompagner les évolutions économiques et sociales du pays. Le ministère a rappelé, en outre, que la BERD est une institution financière offrant une multitude de produits pour soutenir l’initiative entrepreneuriale, dont le financement des PME et les micro-entreprises y compris en monnaies locales et en prise de participation, le développement des marchés financiers locaux et l’assistance technique pour les dispositifs de garanties. (APS)