Le tribunal de Sidi M’hamed a annoncé, hier, l’extinction des poursuites judiciaires contre Abdelmalek Sellal et Abdelghani Zaalane poursuivis dans l’affaire dite du «financement de la campagne électorale de la présidentielle prévue avril 2019» pour la candidature de l’ancien président Bouteflika.
Les deux anciens responsables avaient été désignés successivement directeur de campagne de la même candidature. Cette extinction de l’action publique signifie que le procureur de la République ne peut plus entamer de poursuites contre les auteurs présumés de l’infraction.
Interrogé à ce propos lors du procès en appel de l’affaire Haddad, au mois d’octobre dernier, Abdelmalek Sellal avait déclaré que «ce n’était pas la première fois que je conduisais une campagne électorale, la seule condition que je posais était que l’on me tienne éloigné des finances».
Soutenant que «les campagnes étaient menées par les partis politiques», l’ex-Premier ministre a ajouté qu’il «ne doit pas être poursuivi pour financement occulte».
Pour sa part, Abdelghani Zaalane avait répondu, en décembre 2019, au juge du tribunal Sidi M’hamed qu’une somme estimée à 75 milliards de centimes a été collectée pour le 5e mandat, relevant cependant que l’argent a été collecté avant son arrivée pour diriger la campagne.N. B.