Stephen Curry a sauvé les Golden State Warriors en plantant 43 points pour les mener à la victoire dans le Game 4 des finales NBA face aux Boston Celtics la nuit dernière. Une performance exceptionnelle qui doit pourtant rappeler à ses partenaires qu’il aura besoin d’eux si les Warriors veulent remporter un nouveau titre NBA cette saison. Si jamais certains pensaient encore que Stephen Curry n’haussait pas son niveau de jeu une fois en finales NBA, tout ça sous prétexte qu’il n’a jamais été nommé MVP à ce stade de la compétition, le match de la nuit dernière est venu casser cette réputation injustifiée. Le meneur des Warriors a délivré une performance légendaire, sans doute l’une des plus exceptionnelles et les plus importantes de sa carrière. Une sortie à 43 points pour faire plier les Celtics devant leur public (97-107). Un succès qui permet à son équipe d’égaliser à 2-2 avant un Game 5 décisif à domicile. 43 points inscrits essentiellement sur des exploits individuels, à coup de tirs à trois-points lointains, parfois très lointains, et difficiles, parfois très difficiles. «Il n’allait pas nous laisser perdre. Je pouvais le deviner rien qu’en le regardant depuis deux jours, confie Draymond Green. Il a été incroyable. Il nous a portés sur son dos. Sa détermination nous a menés jusqu’à la victoire. Une victoire vraiment importante. On n’avait pas le droit de perdre. Il est venu et il a montré pourquoi il est l’un des meilleurs joueurs de tous les temps.»

CURRY A SAUVÉ LES WARRIORS
L’erreur était effectivement interdire pour les Warriors. En cas de défaite, ils se seraient retrouvés menés 3-1. Un gouffre historiquement (presque) insurmontable. Ils en savent quelque chose puisqu’ils sont les seuls à avoir perdu des finales après avoir été devant sur ce même score. Curry n’allait pas les laisser perdre, effectivement. Mais ses coéquipiers ont bien failli le laisser s’incliner. Parce que le maestro a dû se sentir esseulé par moment en attaque.
Comme si aucun de ses partenaires n’arrivait à mettre des paniers. Klay Thompson (18 points) a manqué d’adresse pendant la majeure partie de la rencontre avant de se réveiller dans le quatrième quart-temps. Green est complètement à côté de la plaque dès qu’il s’agit de prendre un tir. Au final, Steph a inscrit plus de points à lui seul que tout le reste du cinq majeur.
Il l’a fait dans un style qui lui est propre mais qui, paradoxalement, s’écarte complètement de l’ADN des Warriors. D’ordinaire axés sur le jeu en mouvement, les redoublements de passes et la fluidité de la circulation du ballon, les Californiens ont abandonné leurs principes pour servir essentiellement leur meilleur joueur et tout faire pour qu’il puisse se retrouve en position de marquer. «On essaye juste de l’aider le plus possible en lui créant de l’espace et en s’assurant qu’il puisse trouver ses spots sur le terrain», poursuit Green.

LE SUPPORTING CAST DES WARRIORS DOIT HAUSSER LE NIVEAU
Concentré, déterminé, Stephen Curry a délivré une nouvelle démonstration après trois matches de très haute facture depuis le début de ces finales. Une prestation herculéenne deux jours seulement après s’être fait mal à la jambe dans les dernières minutes du Game 3. «Ça n’a pas été du tout un facteur apparemment, note Steve Kerr. Boston a la meilleure défense de la ligue. Les Celtics sont grands et puissants sur chaque poste. Steph doit absorber la pression pendant tout le match et il a quand même réussi à défendre. Je pense qu’il n’a jamais été aussi fort physiquement.»
Attention tout de même à ne pas le faire atteindre trop vite ses limites. Pour faire la différence, le joueur de 34 ans a passé quasiment tout le match avec le ballon entre les mains. Il a cherché le meilleur duel possible pour lui possession après possession, en forçant les changements de défenseurs sur les écrans pour ensuite attaquer son vis-à-vis. Le tout en étant harcelé par Marcus Smart, le meilleur défenseur de l’année en titre. Ça demande une débauche d’énergie monstrueuse. «Il a un cœur incroyable», souligne Thompson au sujet de son partenaire. «Des fois, on prend pour acquis ce qu’il fait. Il va falloir que l’on soit là pour l’aider lundi.» L’arrière a même qualifié la performance de la nuit de son compère comme «probablement sa meilleure» en finale.
Stephen Curry va clairement avoir besoin de ses partenaires. Les Warriors ne sont pas à l’abri d’un soir avec un peu moins d’adresse de la part de leur superstar. Et là, ils vont devoir trouver d’autres solutions. L’équipe de Golden State s’est mise dans une position dominante en égalisant à 2-2 juste avant un Game 5 décisif à la maison. Elle peut compter sur le meilleur joueur de la série. Mais il serait bien que lui puisse compter sur tous les autres joueurs de sa formation. n