Al-Ahly SC, double-tenant du titre en Ligue des Champions CAF, n’a pas pu préserver son titre lundi. En effet, le Wydad Casablanca a pu déloger les Ahlaouis du trône africain en s’imposant 2 buts à 0 en finale qui s’est jouée au… Maroc sur un match sec. Ironie du sort, la formation receveuse était celle du Caire. Ce rendez-vous aura reflété les contradictions et donné lieu à de fortes et légitimes contestations.

Par Mohamed Touileb
Al-Ahly SC l’a mauvaise. Ce n’est jamais évident de céder son bien. Surtout quand cela se fait dans des conditions pour le moins défavorables. «Mon seul problème avec l’arbitrage était la gestion du temps. L’arbitre a mis environ trois minutes pour changer de montre et le gardien du Wydad est tombé au sol à plusieurs reprises. Tout cela est arrivé parce qu’on jouait chez eux, il était normal qu’ils gagnent dans ces circonstances», a lâché Pisto Mosimane, chef de la barre technique du team cairote.

El Moutaraji a porté le WAC
Le fait d’évoluer à Casablanca a clairement mis une pression supplémentaire sur les «Diables Rouges» qui craignaient déjà cette partie avant même qu’elle se déroule. C’est pour cela que la direction avait contesté la domiciliation du match au pays de l’autre équipe qui anime la finale du prestigieux tournoi interclubs continental.
Mais cela n’a rien changé. Même le Tribunal arbitral du Sport (TAS) de Lausanne (Suisse) avait conforté la Confédération africaine de football (CAF) dans sa décision. Toutefois, il faut noter que les Wydadis ont été supérieur techniquement et qu’ils ont remporté leur troisième sacre dans cette compétition avec mérite. L’homme du match était certainement Zouhair El Moutraraji qui a mis un doublé avec une ouverture sublime d’une frappe limpide qui a trompé
la vigilance d’El-Shenawy.

Al-Ahly reste maître absolu de l’Afrique
Les Casaouis, qui ont éliminé le CR Belouizdad en quart de finale avant d’évincer les Kaiser Chiefs en demies, ont réussi à priver les Egyptiens de triompher pour la 11e fois et prendre le large dans le tableau de consécrations. Les Marocains égalent leurs rivaux du Raja ainsi que le Canon Yaoundé (Cameroun) et Hafia AC (Guinée).
Devant eux, il y a l’ES Tunis (4 sacres) et le Zamalek SC et le TP Mazembe qui ont été primés à 5 reprises. Le Wydad aura tiré pleinement profit du fait d’évoluer chez lui pour faire déjouer un Ahly SC qui a disputé 5 des 6 dernières finales de cette épreuve amirale. C’est pour dire que le concours de circonstances lui a été favorable. Toutefois, dès la prochaine édition, il est fort probable que la finale retrouve son mode classique avec une double-confrontation aller-retour. Et cela évitera bien de recourir au lobbying et lèvera les suspicions. En tout cas, on peut comprendre l’amertume des Egyptiens après cet épisode. <