Le grand jour approche pour la JS Kabylie qui est devant une belle occasion pour remporter son 8e titre africain. Le représentant algérien affrontera, samedi (20h) à Cotonou (Bénin), le Raja Casablanca (Maroc). Un derby maghrébin dans lequel la couronne du RS Berkane, tenant du titre, sera mise en jeu.

Par Mohamed Touileb
Le chemin fut long mais les Canaris sont au rendez-vous pour tenter d’empêcher les « Casaouis » de succéder à leurs compatriotes du RS Berkane au palmarès. Clairement, les « Lions du Djurdjura » ont livré une campagne aboutie ne perdant qu’un seul de ses 14 précédentes rencontres avant de rallier la dernière étape et retrouve un club de prestige qu’est le Raja.
« Être à 100% » : la clé
Dans la nouvelle formule, lancée en 2004 en alternative à la Coupe de la CAF que la JS Kabylie avait décrochée 3 fois de suite entre 2000 et 2002, du tournoi, aucun club Dz n’a pu triompher. L’ES Sétif en 2009 et le MO Béjaïa en 2016 se sont contentés du statut de finalistes face au Stade Malien et le TP Mazembe respectivement. A l’époque, les finales se jouaient en aller-retour pour les deux formules. Toutefois, pour cette édition sera la première dont le sort de l’explication ultime sera décidé sur un match sec. Et c’est le Stade de Cotonou (Bénin) qui a été choisi pour abriter le rendez-vous. Douze mille (12.000) supporters ont été autorisés par la Confédération africaine de football (CAF) pour assister à l’explication. Pour les supporters de la JSK désireux d’être dans les gradins, il faut dépenser 15 millions de centimes.
Pour revenir à cette empoignade nord-africaine, l’entraîneur Denis Lavagne estime que « le Raja Casablanca est une belle équipe, composée d’excellentes individualités. A nous de faire prévaloir notre collectif par rapport aux qualités du Raja. Je pense que nous avons les qualités défensives et offensives pour les gêner. Nous devons arriver à 100% de nos capacités. Ce sera du 50/50.»

Préserver le sans-faute des finales
L’ancien coach du CS Constantine, qui aura sublimé les camarades de Souyad depuis son arrivée, pourra compter sur un effectif quasiment au complet. Seul Zakaria Boulahia pourrait manquer la partie si son genou ne lui permet pas de jouer à 100%. Les Marocains seront un concurrent redoutable. Lavagne note que « le match va se jouer sur le contrôle émotionnel, être capable de jouer à son meilleur niveau le jour J, à l’heure H pour un match d’une telle importance. Jusque-là, nous avons toujours répondu présent » en jugeant que « le Raja Casablanca ressemble aux équipes de la RS Berkane et du CS Sfax que nous avons déjà affrontées et contre lesquelles nous n’avons pas perdu, réalisant de bonnes performances.»
Cette date du 10 juillet, les coéquipiers du portier Oussama Benbout doivent la marquer d’une pierre blanche pour ajouter un nouveau trophée à la galerie du team de la Kabylie qui jouera sa 7e finale en Afrique pour essayer de devenir la première formation algérienne à décrocher une Coupe de la Confédération. La JSK, qui n’a jamais flanché lors de la dernière étape continentale dans son histoire, a les moyens pour le faire. Il ne reste qu’à le prouver sur le terrain.