Les travaux du 28e Sommet de l’Union africaine (UA) ont pris fin, hier mardi, à Addis-Abeba. On en retiendra l’élection du nouveau président de l’Union, le Guinéen Alpha Condé, qui a rendu en clôture un vibrant hommage au président Bouteflika pour son engagement « indéfectible » en faveur des causes africaines.

On en retiendra également l’élection d’un nouveau président de la Commission exécutive de l’organisation, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, à qui revient désormais la lourde charge de faire face à des dossiers lourds tels que ceux de la sécurité, du développement du continent ainsi que de la question du Sahara occidental. Cela alors que le Maroc vient de regagner la « maison » africaine, selon les termes du souverain Mohamed VI. La deuxième et dernière journée du Sommet a d’ailleurs été marquée par l’appel au Conseil de sécurité des Nations unies à assumer ses responsabilités en restaurant le « plein fonctionnement » de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO).