Le chef de l’Etat de la République du Mali, président de la Transition, a achevé hier sa visite d’amitié et de travail en Algérie, qui s’est déroulée du 13 au 14 mars 2021. Son séjour dans notre pays a permis un échange avec son homologue le président Tebboune sur « l’évolution de la situation socio-politique et sécuritaire au Mali ». Cette situation, lit-on dans le communiqué commun aux deux chefs d’Etats, « se caractérise par la sécurisation progressive et la stabilisation de la partie Nord du pays, la mise en place d’un Gouvernement de Transition ainsi que d’un Conseil national de Transition et l’entrée au Gouvernement et dans les autres organes de représentants des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ».

Synthèse Salim Benour
Les deux Chefs d’Etat « ont salué les avancées de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger notamment la tenue de la toute récente rencontre du Comité de Suivi de l’Accord à Kidal qui a marqué le retour à la normale dans toutes les régions du nord du Mali. Ils ont réaffirmé la pertinence de l’Accord en tant que cadre idoine pour la consolidation du retour définitif et durable de la stabilité dans le pays ».
Le Président N’Daw a exprimé « sa haute appréciation du rôle-clé que joue l’Algérie, en sa qualité pays voisin, de Chef de file de la Médiation internationale et de Président du Comité de Suivi de l’Accord, pour restaurer la paix, la sécurité et la stabilité au Mali dans le strict respect de l’unité, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’État du Mali sur toute l’étendue de son territoire ». Le Président Tebboune « s’est félicité de l’opérationnalisation de tous les organes de la Transition conformément à la Charte et à la Feuille de route de la Transition. Il a également salué l’adoption par le Conseil National de Transition du Plan d’Action du Gouvernement en ce qu’il vise, à travers ses six axes d’action, à réunir les conditions nécessaires à l’organisation des prochaines élections générales et au retour à la normalité dans le pays ».
Les président N’Daw et Tebboune « ont réaffirmé leur volonté de tout mettre en œuvre pour renforcer davantage le partenariat liant les deux pays et le diversifier à la hauteur des potentialités et opportunités que recèlent les deux économies respectives. Ils se sont, en particulier, félicités des actions initiées dans les domaines de l’énergie, de la formation, de la valorisation des ressources humaines ainsi que dans le secteur administratif et judiciaire ». Dans le domaine de la coopération militaire, Ils ont « salué la tenue de la Commission mixte militaire, le 9 février 2021, à Bamako et la signature, le11 février 2021 de la convention de partenariat entre l’Algérie et l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye ».
« Tout en se déclarant satisfaits de la décision de convoquer prochainement la premièresession du Conseil d’Affaires algéro-malien, les deux Chefs d’Etat ont instruit leurs Ministres chargés des Affaires Etrangères à l’effet de s’assurer, à la prochaine réunion du Comité bilatéral stratégique, du parachèvement de la mise en œuvre de toutes les actions convenues dans la feuille de route de coopération en vigueur notamment dans les domaines prioritaires de la défense et de la sécurité, de l’éducation et de la formation professionnelle, de l’équipement et des transports, de l’énergie et de l’hydraulique, des mines, de la santé, de la communication ».
Les deux Ministres ont été également instruits à fixer des objectifs pour la réactivation, dans les meilleurs délais possibles, des mécanismes de coopération bilatérale, notamment la Grande Commission mixte et le Comité bilatéral frontalier, pour explorer de nouveaux créneaux de coopération en accordant une attention particulière à la promotion de la réalisation des projets structurants tel que celui de la Route Transsaharienne notamment le tronçon Tamanrasset –Kidal.
Sur les questions de sécurité régionale, les deux Chef d’Etat se sont félicités de la tenue de la réunion du Comité d’Etat-major Opérationnel (CEMOC) qui a regroupé les Etats-majors de l’Algérie, du Mali, du Niger et de la Mauritanie, le 10 février 2021 à Bamako, réunion qui a permis aux quatre pays de partager leurs analyses et points de vue sur les questions liées à la sécurité dans la région du Sahel.
Concernant la question du Sahara occidental et l’escalade militaire subséquente entre les deux parties au conflit, le Royaume du Maroc et le Front Polisario, les deux Chefs d’Etat « demandent aux deux parties de reprendre les négociations sous les auspices du Secrétaire général des Nations unies, sans conditions préalables et de bonne foi, en vue de parvenir à une solution politique juste et durable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations unies et l’Acte constitutif de l’Union Africaine ».