C’est aujourd’hui, jeudi, que devrait prendre fin la deuxième phase de rapatriement
des ressortissants algériens bloqués à l’étranger, qui a débuté le 20 juillet, en raison
des restrictions de vols dues à la crise sanitaire.

Entre hier et aujourd’hui, 10 vols sont prévus pour le retour de 2 349 citoyens encore bloqués en France, en Russie, en Ukraine, au Royaume-Uni, au Qatar et aux Etats-Unis.
Dans un bilan d’étape établi le 28 juillet, le ministère des Affaires étrangères a fait savoir que 7 740 personnes étaient de retour au pays mardi. Ainsi, d’ici jeudi, ce sont plus de 10 000 ressortissants, mis en confinement dans des hôtels à travers le pays, qui rejoignent le territoire après de longs mois d’attente.
Pour revenir au bilan d’étape communiqué par le porte-parole des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, ce dernier précise en ce sens que « 2 582 citoyens supplémentaires » avaient été transportés entre le 26 et le 28 juillet, portant le nombre total des personnes rapatriées depuis le lancement de l’opération à 7 740.
Pour le détail, les personnes qui ont été rapatriées du 26 au 28 juillet, il concerne les Algériens bloqués en Russie, en Egypte, en Jordanie et en France. Pour la journée du 26, 276 ressortissants avaient été rapatriés vers l’aéroport d’Alger depuis Marseille (France), 260 ressortissants avaient atterri à l’aéroport d’El Oued depuis Le Caire (Egypte) et 609 à l’aéroport d’Alger sur deux vols depuis Paris (France). Les journées des 27 et 28 juillet ont, quant à elles, enregistré le retour de 279 ressortissants rapatriés vers l’aéroport de Sétif sur deux vols depuis Lyon (France), 597 à l’aéroport d’Alger sur deux vols depuis Paris (France), 127 ressortissants à l’aéroport d’Alger depuis Lyon (France) et 205 ressortissants transportés à l’aéroport d’Annaba depuis Amman (Jordanie). Ainsi que 229 ressortissants rapatriés vers l’aéroport d’Alger depuis Moscou (Russie) le 28 juillet. Le ministère des Affaires étrangères avait expliqué que les personnes rapatriées étaient orientées dès leur retour vers les établissements hôteliers mobilisés par les pouvoirs publics. A ce titre, un décret présidentiel publié au Journal Officiel daté du 11 juillet 2020 précise qu’un « crédit de trois milliards de dinars » alloué au budget de fonctionnement du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire sera consacré à la couverture des frais « inhérents au confinement sanitaire préventif imposé pour les citoyens rapatriés de l’étranger ».
Rappelons, enfin, le « Comité national ad-hoc Covid-19 », qui supervise l’opération, avait enregistré les demandes de rapatriement de plus de 10 000 personnes encore bloquées. Un chiffre qui doit s’ajouter aux près de 13 000 ressortissants rapatriés jusqu’en juin dernier lors de précédentes opérations. Notamment celle lancée pour les Algériens restés bloqués en Turquie. L’Etat algérien a, pour rappel, alloué une enveloppe de 3,32 milliards de dinars pour « l’aide et le rapatriement » des citoyens, avait fait savoir, le 18 juillet, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane. n