Une vraie catastrophe a touché ces derniers jours les forêts à Béjaïa et Bordj Bou Arréridj. Des centaines d’hectares sont partis en fumée dans une région classée réserve naturelle. Deux hélicoptères bombardiers à eau (HBE) relevant des services de la Direction générale de la Protection civile ont été mobilisés pour venir à bout des incendies.
Suite aux feux de forêt dévastateurs qui se sont déclarés, dernièrement, dans le massif forestier Oumaza, de Tizi Nath Aidel, dans la commune de Tamokra (wilaya de Béjaïa) et les forêts du village Ilmayen, de la même commune, limitrophe de la wilaya de Bordj Bou Arréridj, la Direction générale de la Protection civile a décidé de déployer les gros moyens. Elle a recouru hier à l’usage de deux hélicoptères bombardiers à eau (HBE) pour venir à bout des feux qui se sont déclarés dans les forêts situées à Béjaïa et Bordj Bou-Arréridj, des zones réputées pour leurs richesses naturelles, tant en faune qu’en flore.
Ces hélicoptères ont effectué plusieurs largages d’eau sur des forêts en flammes notamment sur les parties de la zone n’étant pas accessibles aux véhicules des pompiers, a indiqué la même source, précisant que ces interventions s’inscrivent dans le cadre des efforts visant à venir à bout des foyers d’incendie qui ont embrasé, des jours durant, divers monts et montagnes de cette région frontalière.
Depuis le début du mois de juin, plus de 470 incendies ont été signalés à travers toutes les wilayas du pays, réduisant en fumée plus de 708,66 hectares de forêt, 837 hectares de maquis, 1 259 ha de broussailles et plusieurs milliers de cerisiers, figuiers, oliviers… A ce titre, il y a lieu de rappeler que le plus faible taux de pertes, en termes de ressources et de superficies forestières, a été enregistré durant la campagne 2018 de lutte contre les feux de forêt. En effet, en 2018, il a été enregistré 2 312 hectares de pertes forestières, broussailles et maquis, soit moins de 5% de la superficie totale des forêts dans le pays.
Pour améliorer l’efficacité et la ponctualité dans l’intervention de ses éléments, le ministère de l’Intérieur, en 2018, a doté les services de la Protection civile de 5 colonnes mobiles, portant leur nombre total à 27.F. D.