L’organisation des festivals aura été marquée en 2016 par une réorganisation de la feuille de route de ces manifestations culturelles, des restrictions budgétaires et par un bouleversement des calendriers.

Tout comme l’année précédente, 2016 s’est caractérisée par le démarrage tardif des festivals institutionnalisés, lesquels ont été organisés en juillet, au lieu du mois de mai habituellement, après des réaménagements qui ont entraîné l’annulation de plus de la moitié. Ainsi sur un total de 186 festivals, seuls 77 ont été maintenus. A l’instar du Salon international du livre d’Alger, du Festival d’Annaba du film méditerranéen, du Festival international de la bande dessinée d’Alger ou encore celui de la musique symphonique et celui de la musique andalouse et des musiques anciennes, une dizaine d’évènements culturels, très attendus par le public, ont tous été organisés durant le dernier trimestre de l’année 2016 pour ainsi se chevaucher. Initialement prévus en mai, d’autres manifestations culturelles à l’exemple du Festival national de musique diwan ou encore du Festival du théâtre professionnel (Fntp) ont été repoussés à septembre et novembre, respectivement, alors que Dimajazz, l’événement culturel phare de Constantine, a été différé à novembre, une date qui a coïncidé avec la tenue d’autres événements. Pour la deuxième année consécutive, le Festival international des arts de l’Ahaggar, seule manifestation internationale se tenant dans le grand sud algérien et dédiée à la région du Sahel, a été annulé au même titre que l’édition 2016 du festival de la chanson châabi. Cette révision a également touché le Festival international de musique diwan, devenu biennal, le Festival international des arts contemporains, reporté, le Festival international de la danse contemporaine, et celui du livre de jeunesse différés à l’année 2017, selon les organisateurs. Par ailleurs, des restrictions substantielles on été opérées sur le budget alloué à la plupart des manifestations culturelles: le budget du Fntp a baissé de «90%», passant de «50 à 5 millions de dinars» selon son commissaire Mohamed Yahiaoui, tout comme celui de la musique diwan qui a connu une «baisse de plus de 25%», ou encore le budget du Festival international du théâtre de Béjaïa «réduit de 50%» selon son organisateur Omar Fetmouche. Le Fica (Festival international du cinéma d’Alger) n’a, pour sa part, reçu «aucune subvention de la tutelle», indiquait sa commissaire Zehira Yahi, au même titre que celui de la musique andalouse et des musiques anciennes organisé, selon son commissaire, «avec le concours d’opérateurs économiques». Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi avait indiqué à plusieurs occasions que «la situation économique actuelle ne permet pas à l’Etat de financer tous les événements et toutes les productions», alors qu’il avait annoncé un financement à hauteur de «40% sur les reliquats du budget 2015» en plus d’avoir encouragé l’implication des acteurs économiques privés dans le financement de la culture. Engouement pour l’associatif Regrettant l’annulation ou le report d’événements culturels à des dates «inadéquates», dans le sud notamment, des observateurs de la scènes artistique ont réitéré leur appel à une «meilleure maîtrise» du calendrier, insistant sur un «couplage avec les saisons touristiques», maintes fois évoqué par les pouvoirs publics. Malgré un changement de calendrier, le 14e Dimajazz, organisé en novembre par l’association Limma, et le 13e festival Raconte-Arts, organisé en juillet à l’initiative de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques et des comités de villages, se sont fait remarqués par l’affluence remarquable du public. Organisé difficilement avec un retard de cinq mois, le Dimajazz -fondé par l’association Limma en 2003 et institutionnalisé six ans plus tard- a réussi le pari de la continuité en attirant, en 2016, une moyenne de plus d’un millier de spectateurs par soirée, malgré une augmentation de plus de 100% des tarifs d’accès. De la même façon, le festival itinérant Raconte-Arts, a tenu la gageure, sans aide publique, en rassemblant près de 300 festivaliers, entre artistes et hommes de lettres, dont une soixantaine de participants en provenance d’une dizaine de pays arabes et d’Europe. Durant ce festival, pas moins de 15 000 visiteurs ont afflué au village de Souamaâ (Tizi Ouzou) dans la commune du même nom, pour assister aux spectacles, rencontres, et aux 25 ateliers d’initiation dans divers disciplines artistiques. Plusieurs autres manifestations locales, théâtrales ou cinématographiques pour la plupart, ont également vu le jour en cette année à l’initiative d’associations culturelles activant dans plusieurs villes du pays. (APS)