Seize pièces théâtrales seront en lice pour la 12e édition du Festival national du théâtre professionnel (FNTP) sui se tiendra du 23 au 31 décembre au Théâtre national d’Alger (TNA) Mahieddine-Bachtarzi.

Lors de la conférence de presse, tenue hier au TNA, le commissaire du festival Mohamed Yahiaoui, le docteur Hamid Allaoui, responsable du programme académique et scientifique, et Fayçal Métaoui, responsable de la communication du festival, ont présenté les grands axes de cette 12e édition. « Nous allons revoir et réviser notre règlement intérieur, car chaque année la compétition se retrouve avec deux ou même trois pièces du même metteur en scène. Cela pose un réel problème, nous ne savons pas si on doit délaisser cette dernière ou l’accepter», a déclaré M. Yahiaoui. « Nous allons essayer de rendre ce règlement plus souple et donner une chance à tout le monde. Nous allons annoncer le nouveau règlement à la clôture de l’événement devant tous les participants et le public », a-t-il indiqué.
Cette année, le Festival national du théâtre professionnel rencontre encore la difficulté du financement, selon M. Yahiaoui. « Le budget de cette année a été encore réduit par rapport à l’année passée. Mais quelques sponsors ont répondu à notre appel et deux ou trois entreprises n’ont pas tenu leurs promesses ». D’autre part, le commissaire confie que les théâtres régionaux ont tous contribué à ce festival en prenant en charge leurs propres troupes durant toute la durée de la manifestation. « Chaque théâtre régional prendra en charge les frais de l’hébergement de ses troupes. Certains resteront trois à quatre jours et d’autres non », a-t-il avoué.
Pour le programme de cette année, le Théatre régional de Djelfa participera pour la première fois avec le spectacle « les Assoiffés », de Houache Ennaas, par contre, trois théâtres régionaux, à savoir Biskra, Oum El Bouagui et Oran, seront absents à cette compétition. Le commissaire du FNTP a fait savoir à ce propos que « le directeur du Théâtre régional d’Oran nous a répondu qu’ils ne feront pas partie de ce festival car ils n’ont pas de produit à la hauteur de la compétition ». Le Théâtre national algérien participera avec « Omerta », d’Ibrahim Chargui. « Nous avons produit cette année deux pièces, « Omerta » d’Ibrahim Chargui, et « Bahidja » de Ziyani Cherif, qui n’a pas voulu participer à cette manifestation, alors nous avons priscelle qui restait », a annoncé M. Yahiaoui.
En outre, ce festival verra, en plus du TNA, la participation de 14 théâtres régionaux et de la coopérative du Théâtre régional de Sidi Bel Abbès, qui a obtenu le premier prix lors de la 11e édition du Festival culturel local du théâtre professionnel de Bel Abbès.
Sept autres pièces hors compétition seront présentées à la salle Echabab d’Alger. Cette 12e édition verra la participation pour la première fois de l’Institut national supérieur des métiers du spectacle (ISMAS) qui présentera une mise en scène produite par les étudiants.
En marge de cette compétition, trois débats sont prévus à ce festival, à savoir « L’expérience d’Abd El Halim Raïs, les affluents et les rayonnements », « Les feuilles de la narration romanesque vers les planches de la mise en scène » et « Le Spectacle dans le théâtre algérien ». Pour la première fois, le FNTP abritera un atelier sur la Critique consacré uniquement aux journalistes spécialisés dans la rubrique culturelle et les étudiants dans le domaine. Cet atelier sera animé par le romancier et dramaturge tunisien Youcef Bahri, l’universitaire et spécialiste du théâtre marocain Fahd El Kaght, le dramaturge et critique théâtral algérien Adlane Djilali et la critique théâtrale Djamila Zegai.
Un hommage sera rendu au comédien Omar Guendouz, en reconnaissance de son travail accompli au théâtre algérien. Des ventes-dédicaces avec les auteurs Nadjib Stombouli, Omar Zentar, Ouassini Laredj, Mansour Habib Allah, Isamil Ibrir, Nassima Bouloufa ou encore Boubakir Abdelaziz seront organisées au TNA.
Il est également indiqué qu’un site web du festival sera mis en ligne très prochainement, où seront publiées toutes les données écrites et audiovisuelles, dans une tentative de recréation de l’archive du Théâtre national et la réalisation d’une revue sous forme d’un livre qui sera éditée à la fin du festival.