La bibliothèque principale de lecture publique «Ouenzar Abdelkrim» de Saïda abrite, depuis dimanche des ateliers de formation dans les métiers du cinéma dans la spécialité ingénieur du son, ciblant plus de 30 jeunes, a-t-on appris auprès des organisateurs.
Cette formation, qui s’inscrit dans le cadre du festival national de la littérature et du cinéma féminin, dont les festivités ouvertes samedi se poursuivent jusqu’à jeudi prochain, comporte des cours théoriques et pratiques sur les techniques du son et les sonorités, ainsi que la musique cinématographique.
Ces ateliers de formation, encadrés par le réalisateur Salim Hamdi d’Alger et le spécialiste dans le domaine du cinéma, Aït Abdelmalek Abdelaziz de la wilaya de Saïda, seront couronnés par des diplômes au profit des concernés.
Le public sera au rendez-vous, dans la soirée du dimanche à la salle de cinéma «Douniazed» de Saïda avec la projection, dans le cadre du festival, de deux courts-métrages, «le chemin de retour» de Rachid Bouchareb et «Soula» de Salah Assad.
Le programme de cet événement culturel qui se tient sous le slogan «bibliothèque et photo» comprend la projection d’autres films cinématographiques de longs métrages dont «La vie d’après» de Anis Djaad et «Arco» de Ammar Belkacemi.
Le public est convié à la maison de la culture «Mustapha Khalef « à des séances littéraires et poétiques animées par des poétesses algériennes, à l’instar de Rabéa Djalti, Leïla Ayoun, Meriem Kemmache et Djamila Rahal. Au programme figure, également, la projection de films à la salle «Dounyazad» dont «Soula» de Salah Assad, «Le chemin du retour» de Rachid Bouchareb, «La vie d’après» de Anis Djaad et «Argou» de Ammar Belkacemi.
Les films en compétition durant cette manifestation, organisée sous l’égide du ministère de la Culture et des Arts, se disputeront le prix «El Kholkhal eddahabi» de la meilleure œuvre cinématographique.
Le programme prévoit, à partir de mercredi prochain à la maison de la culture «Mustapha Khalef», la projection de cinq courts-métrages «. Il s’agit de «Tchebchak Marikan» d’Amel Blidi, «Koul ellayali» (toutes les nuits) d’Amina Saïd, «Bahrina» (Notre mer) de Fatiha Hafiane et «Oughniet El Houdoue» (la chanson du calme) d’Arezki Larbi.
Il est prévu, aussi l’organisation des «pauses littéraires et poétiques» à la maison de la culture «Mustapha Khalef», qui seront animées par des poétesses algériennes, à l’instar de Rabéa Djalti, Leïla Ayoun, Meriem Kemmache et Djamila Rahal.
La cérémonie de clôture de ce festival national de la littérature et du cinéma féminin sera marquée par la récompense de figures du cinéma qui ont travaillé dans le domaine technique du cinéma. n