La 5e édition du Festival maghrébin du théâtre d’El Oued, organisée depuis le 16 février, a été clôturée dans la soirée de dimanche dernier, après quatre jours de représentations et de compétitions entre des troupes de théâtre maghrébines et arabes issues, pour beaucoup, du milieu associatif.

La cérémonie de clôture a distingué la pièce théâtrale Djenet, proposée par l’association tunisienne Ness de la ville de Gafsa. La pièce choisie par le jury, réuni par l’association Ouchak El Khachaba (Passionnés de théâtre), incitatrice de l’événement, aborde une question commune aux sociétés arabes et maghrébines, à savoir celle de la place des femmes dans les régions, où la gestion des questions sociales et familiales relève encore de l’ordre tribal. Le sujet, bien que sensible, a été traité au travers du parcours métaphorique du personnage de Djenet, marqué par nombre d’ingérences abusives dans ses décisions déterminantes telles que le mariage, le divorce, l’enseignement et le travail. Le festival a offert à son public un total de 14 représentations théâtrales, dont six en compétition, quatre à titre honorifique, dont deux pour enfants, et quatre de théâtre de rue, œuvres de troupes venues de Tunisie, Libye, Koweït, Emirat arabes unis et Arabie saoudite, en plus de l’Algérie. En matière de palmarès, le prix de la meilleure interprétation masculine est revenu au comédien tunisien Kamel Bouzidi pour son rôle dans la pièce Djenet, celui de la meilleure interprétation féminine à la Tunisienne Sana Ghanem, pour son rôle dans la pièce Degré Zéro, de l’association théâtrale El Ibtissama de Nabeul ainsi que prix de la meilleure scénographie pour la même pièce, alors que le prix du meilleur texte revenant ex aequo aux pièces Moi et le Maréchal, de la coopérative El Bahia pour le théâtre et les arts d’Oran, et a Djenet. La 5e édition du Festival maghrébin du théâtre, dédiée à la mémoire de Kateb Yacine, a également honoré le musicologue algérien Noubli Fadel, originaire de la région d’El Oued. La manifestation fut aussi l’occasion d’organiser plusieurs ateliers de formation sur l’interprétation théâtrale, le script, le corps et la scène, le théâtre de rue ou encore la mise en scène, des rencontres de formation animées par des comédiens et spécialistes tels que Tebbal Zerzour ou Tounès Aït Ali.