La 9e édition du Festival local du tapis d’Ath Hichem a débuté dans l’après-midi de samedi, à Tizi-Ouzou dans une cérémonie qui s’est déroulée en présence du wali, du P/APW et de nombreux élus locaux. Beaucoup d’artisanes tapissières d’Ath Hichem ont pris part à l’ouverture

de l’événement organisé en hommage à Aït Issad Ghenima et Ben Ouamar Houria, deux doyennes tapissières d’Ath Hichem. Dans son allocution, le commissaire du festival a commencé par saluer « ces gardiennes de la mémoire et du patrimoine » que sont les tisseuses d’Ath Hichem. Un village où la formation au métier du tissage a débuté en 1892, selon l’orateur, rappelant que de nombreuses femmes ont été formées au travail du tissage depuis cette date à travers des générations. Il annoncera qu’une opération d’estampillage sera organisée et un prix du meilleur tapis sera décerné. Le commissaire du festival, Oud Belaïd Mokrane, a ajouté que cette manifestation vise « la pérennisation du métier artisanal de la tapisserie et la promotion du tapis traditionnel réputé pour son originalité et sa richesse en motifs géométriques berbères, fabriqué à Ath Hichem, en offrant aux artisanes une opportunité pour exposer et proposer à la vente leurs produits ». Le P/APW rendra hommage à ces tisseuses qui ont permis la pérennité de cette richesse de notre culture patrimoniale. Il promettra que l’APW accompagnera l’activité de tissage pour le mettre au service de l’économie locale. Youcef Aouchiche a également rappelé la disponibilité de l’institution élue qu’il représente à accompagner les artisans pour le maintien de leurs activités qui sont une richesse culturelle et une composante très importante du patrimoine national qu’il faudra prendre en charge pour être au service du développement économique de la wilaya ». Les mêmes hommages ont été rendus aux femmes artisanes par le wali qui a procédé à l’ouverture officielle du festival dont les festivités ont été perturbées par le mauvais temps. Les autorités « soutiendront les artisans et notamment les tapissiers » pour les aider à écouler leurs produits, a indiqué le wali Abdelhakim Chater. Le chef de l’exécutif local a rassuré les participants de l’engagement des pouvoirs publics à les aider et à les soutenir pour pérenniser cette activité. « Nous allons soutenir cette activité qui permet à des femmes au foyer d’assurer une ressource pour leurs familles. La wilaya aidera ces artisans à écouler leurs productions à travers l’organisation de foires à Tizi-Ouzou, comme nous les soutiendrons pour participer à des manifestions en dehors de la wilaya », a indiqué M. Chater. Il a ajouté que les entreprises et établissements publics notamment touristiques tels que les hôtels seront sollicités pour faire la promotion de ce produit de l’artisanat local. Ainsi, les stands d’expoventes de tapis et de produits de l’artisanat que devaient animer une quarantaine d’exposants, dont une dizaine venus d’autres régions, n’ont pas été installés en raison de la pluie qui n’a pas cessé de tomber de vendredi à samedi. Un impondérable qui tombe comme un cheveu dans la soupe des organisateurs et perturbe leur plan, eux, qui ambitionnent de faire de cet événement un espace pour la promotion et la vente du produit du tissage pour les tapissières d’Ath Hichem qui se sont toujours plaints de l’absence d’espace pour écouler leur marchandises. Signalons qu’une opération d’estampillage du tapis qui sera réalisée par le centre d’estampillage de Tipasa est au programme du festival. Des métiers à tisser seront distribués à des artisanes d’Ath Hichem.