Quelque 29 films de 25 pays entrent en lice au concours international du meilleur court-métrage à la 2e édition du Festival international d’Imedghassen à Batna, dont les activités se dérouleront du 1er au 5 mars prochain, selon les organisateurs. Des films de pays comme la Turquie, l’Ouganda, la Palestine, le Brésil, l’Australie, l’Ukraine, le Canada, en plus de l’Algérie, entrent en compétition en vue d’obtenir, entre autres, les prix de «meilleur court-métrage», «meilleure réalisation», «meilleur scénario», et «meilleur montage». La cérémonie d’ouverture verra la présence de noms connus dans le cinéma, le théâtre et dans la télévision algérienne, à savoir, des acteurs, des réalisateurs, des écrivains de scénario, des musiciens et autres, avec au menu, plusieurs distinctions, en sus de la présence d’invités de l’étranger. Le commissariat du festival avait reçu depuis la réception des candidatures via le site web du festival, durant la période allant du 1 septembre au 31 décembre passés, quelque 2283 films de 109 pays, avant que la décision ne portent sur 29 films de 25 pays. Dans le cadre de ce festival, une caravane cinématographique comprendra la projection de films algériens long-métrage, entre anciens et nouveaux, et sillonnera les zones d’ombre dans la wilaya de Batna, et ce, en collaboration et le Centre national de la cinématographie et de l’audio-visuel (CNCA). De plus, une série d’excursions touristiques pour les invités du festival sera organisée sur les sites archéologiques et touristiques dans la wilaya, à l’instar de la cité archéologique de Timgad qui est considérée parmi les plus anciennes cités romaines dans l’Afrique du Nord, le tombeau d’Imedghassen le numide et les balcons de Ghoufi. Les organisateurs ont programmé, par ailleurs, des sessions de formation aux métiers du cinéma au profit des intéressés et des étudiants de parties d’Algérie, à travers lesquelles, ils auront l’opportunité d’être au contact avec les réalisateurs participants, en vue de bénéficier de leurs expertises. Supervisé par la coopérative culturelle Lemssa, le festival d’Imedghassen vise à «relancer un nouvel esprit de l’industrie cinématographique en Algérie «et à «promouvoir le tourisme avec le 7e art (…), et ce, en vue de faire connaitre les lieux touristiques existant dans la wilaya et ériger la région en une destination touristique». Le festival porte le nom du roi numide «Imedghassen» pour lequel un mausolée a été construit sur la terre de la wilaya au IIIe siècle av. J.-C. L’organisation UNESCO l’a classé au patrimoine mondial protégé, en 2002, et a été classé en Algérie comme patrimoine national conservé en 1967. Pour rappel, la 1e édition du festival en 2021 avait connu la distinction, comme meilleur film court-métrage, de l’œuvre palestino-allemande «aradona’s legs» du réalisateur Firas Khoury. n