Les Algériens Kenza Mebarki et Omar Ferroudj ont décroché les 2e et 3e prix du concours d’écriture théâtrale pour enfant de 2016, organisé dans le cadre du  9e Festival du théâtre arabe à Oran. Kenza Mebarki a reçu le deuxième prix pour son texte Djeha digital, racontant l’histoire de Djeha, personnage arabe, pour attirer l’attention des enfants sur leur patrimoine, leur langue et leur identité, à l’ère de l’hégémonie des nouvelles technologies. L’écrivaine, qui a décroché, deux fois successivement, le « prix du chahid Ali-Maachi », initié par le président de la République Abdelaziz Bouteflika, a également décroché le « prix Dr Haifae-Es-Sanaaoussi » du monodrame au Koweït en 2016. Pour sa part, Omar Ferroudj a décroché le troisième prix pour son texte Un seul zéro, tentant de mettre l’accent sur l’importance de l’informatique à développer l’imagination et la pensée chez l’enfant. Le premier prix de ce concours n’a pas été attribué par le jury pour «faiblesse» de la langue et de l’écriture scéniques ainsi que la construction des personnages, «sans pour autant sous-estimer la valeur critique du prix», a indiqué un membre du jury, le critique palestinien Fathi Abderrahmane, qui a expliqué que les textes primés «nécessitent une amélioration». Une approche qui a fait que le jury a préféré décerner deux prix ex aequo. Par ailleurs, Mustapha Mohamed Abdelfettah de Syrie, qui a participé avec son texte Darine cherche un pays, s’est vu décerner le deuxième prix bis. Le troisième prix bis a été attribué à l’Egyptien Mohammed Mohammed Moustadjab pour son texte Photo selfie.