Cinquante-huit longs métrages prendront part à la 64e édition du Festival du film de Londres, une édition en grande partie virtuellement prévue du 7 au 18 octobre, avec en ouverture « Mangrove » du cinéaste britannique Steve McQueen, ont annoncé les organisateurs. Les spectateurs de cette édition, à l’issue de laquelle les prix seront décernés par le public et non un jury, pourront assister gratuitement à la première européenne de « Mangrove » dans plusieurs cinémas partenaires. Premier opus d’une série de cinq longs-métrages baptisée « Small Axe » que le réalisateur récompensé d’un Oscar pour son « 12 Years a Slave », a créé pour la BBC, « Mangrove » revient sur l’histoire vraie d’un groupe d’activistes noirs, appelé Mangrove 9, qui a affronté la police londonienne lors d’une manifestation en 1970 et sur le très médiatisé procès qui a suivi. En raison de la pandémie de nouveau coronavirus, la plupart des films seront disponibles uniquement en ligne, accessibles pour toute personne se connectant au Royaume-Uni.
Sur les 58 longs-métrages prévus, 9 pourront être vus à la fois en salles et sur internet, et seuls 6 – dont « Mangrove » et le film de clôture, « Ammonite » de Francis Lee- seront projetés uniquement dans les salles obscures.
Outre les longs-métrages, les dix jours de festivités proposeront aussi 36 courts-métrages, des expériences immersives utilisant la réalité augmentée ou virtuelle, des classiques restaurés ainsi que des tables rondes.
Organisé chaque année depuis 1956 par le British Film Institute (BFI), organisation qui a pour mission de promouvoir le cinéma, le Festival du film de Londres œuvre principalement à montrer au grand public britannique la sélection la plus large possible de films du monde entier, présentant cette année des œuvres issues de plus de 40 pays. n