Après deux années d’absence à cause de la pandémie de la Covid-19, le Festival culturel national du théâtre amateur de Mostaganem revient au-devant de la scène pour sa 53e édition, dont le coup d’envoi est prévu aujourd’hui. Un évènement très attendu par les amoureux du théâtre qui se poursuivra jusqu’ au 30 septembre. La cérémonie d’ouverture de cette manifestation aura lieu ce lundi à partir de 18H30 à la Maison de la culture Ould-Abderrahmane-Kaki à Mostaganem, a annoncé le commissariat du festival dans un communiqué.

Par Sihem Bounabi
A propos du programme de cette 53e édition dédiée à la mémoire de Djamel Bensaber, il est souligné que les représentations se dérouleront au Théâtre régional Djilali-Ben Abdelhalim, à la maison de la culture Ould Abderrahamne-Kaki, l’Association culturelle El Moudja et les places publiques de la ville de Mostaganem.
Pour l’édition de cette année 2022, il est prévu deux catégories de compétition classées en A et B, ainsi que des spectacles hors compétitions classés en catégorie C. La catégorie A est destinée aux spectacles pouvant participer à la compétition officielle, la compétition catégorie B, le meilleur spectacle de cette catégorie bénéficiera d’une tournée nationale organisée par l’Agence nationale du rayonnement culturel (AARC), quant aux spectacles de la catégorie C, ils assureront l’animation de proximité. Dans la catégorie A, les troupes qui seront en compétitions sont Masrah Mosaïque de Sidi Bel Abbès, l’Association El Forsane de Saïda, le Mouvement théâtral de Koléa de la wilaya de Tipaza, l’association Cho’alat el Masrah de Boumerdès, la coopérative Lamsa de Batna, l’Association Akwas de Médéa et l’association Iboutrane de Tizi Ouzou. D’un autre côté, les troupes en compétition dans la catégorie B sont l’association Bouderga d’El Bayadh, l’association Mahfoud Touahri d’Aïn Defla, L’association Ichraq de Biskra, l’association Ennahda de Boumerdès, la Coopérative Sens Théâtre d’Aïn Sefra, la coopérative Machahu de Tizi Ouzou, l’association El Manara de Boumerdès et l’association El Kachaba el dahabia de Sidi Bel Abbès. Concernant ceux classés en catégorie C, il s’agit de spectacles de rue prévus tous les jours, à 10H, 17H et 19H, dans les espaces publics de la ville de Mostaganem et au niveau de l’association culturelle El Moudja.
Par ailleurs, en plus des représentations prévues dans les différentes catégories, comme il est de coutume, des ateliers de formation durant toute la période du festival, sont organisés tous les jours de 10H à 12H et de 14H à 16H30 à la Maison de la culture Ould Abderrahmane-Kaki pour au moins 80 stagiaires. Au programme de ces ateliers, il est notamment prévu un atelier d’actorat encadré par Sid-Ahmed Kara, Lebkaa Boumediène et Bella Boumediène, un atelier Mise en scène encadré par Chawki Bouzid et Ryad Seguini, un atelier d’écriture dramatique encadré par Smaïl Soufi et Assala Tengour, un atelier de Scénographie encadré par Boumediène Zitouni et Lahcen Ghribi ainsi qu’un atelier de Théâtre de rue.

Ouverture au TNA de l’atelier de rédaction des lois sur le statut d’artiste
Le Théâtre National Algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA) abrite, depuis samedi 24 septembre, un atelier pour la rédaction de lois sur le statut d’artiste, organisé par le ministère de la Culture et des Arts jusqu’au 27 septembre, selon un communiqué du TNA parvenu à la Rédaction.
Cet atelier marque ainsi la première phase annoncée par la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, au mois d’août dernier, à l’occasion de l’installation de la Commission nationale chargée de l’élaboration du projet de loi relatif au statut de l’artiste, présidée par le directeur des lettres et des arts au ministère, Missoum Laroussi.
La ministre de la Culture avait précisé à cette occasion que l’élaboration du texte de lois se fera en deux phases. La première, qui s’étalera sur trois mois, sera confiée au Conseil national des arts et des lettres (Cnal) et sera marquée par de larges consultations et concertations auprès des acteurs du domaine artistique au niveau national. Quant à la deuxième phase, elle sera marquée par la présentation des conclusions des travaux du Cnal, à savoir les propositions et les recommandations issues des ateliers régionaux, à soumettre à la Commission nationale chargée de l’élaboration du projet de loi sur le statut de l’artiste.
La ministre de la Culture et des Arts avait également mis en exergue « la nécessité de mettre en place un texte de loi définissant les droits et les devoirs de l’artiste, à même de résoudre les problématiques liées à sa vie socioprofessionnelle ».
Elle avait également souligné que « l’Etat algérien, à sa tête le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, accorde une attention particulière à la condition de l’artiste à travers la mobilisation de l’arsenal juridique et des moyens matériels et humains nécessaires pour améliorer la performance de cette catégorie professionnelle et créative de la société ».