Le Groupe français Lactalis, qui détient Celia Algérie, qui exploite l’usine de Beni Tamou à Blida, est confronté, lit-on dans le communiqué de presse de l’entreprise, à un blocage illégal de son unique unité de production. L’entreprise soutient qu’une minorité d’employés ont pris illégalement possession de l’usine depuis un mois, empêchant l’accès de la direction et des salariés à l’usine et à l’unité de production. Lactalis affirme que malgré une décision de justice favorable, déclarant ce blocage et l’intervention des forces de l’ordre en juillet pour débloquer la situation, le problème n’est pas toujours réglé.
En conséquence, Lactalis interpelle les pouvoirs publics et demande la réouverture de l’usine. Depuis ce blocage, Celia Algérie a perdu 200 millions de dinars de chiffre d’affaires. Elle affirme qu’elle pourrait entrevoir la possibilité de quitter le pays si Celia Algérie est empêchée de produire dans son usine de Blida. A noter que Lactalis est présente en Algérie depuis 2007 à travers Celia Algérie qui produit les laits de la gamme Celia et le lait subventionné Mitidja dans son usine de Beni Tamou à Blida. K. R.