Les producteurs de pomme de terre exploitant les six fermes pilotes existantes au niveau de la wilaya se disent outrés par la décision prise par les pouvoirs publics visant un partenariat public-privé des fermes en question.

Les agriculteurs ont redoublé ces derniers jours les actions de protestation appelant les autorités à surseoir à cette «initiative» qualifiée de suicidaire. Soutenus par l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), les producteurs ont, à l’unanimité, décrié les récentes décisions prise par le gouvernement. « Nous sommes contre ce partenariat. Les pouvoirs publics doivent revoir leur décision qui n’aboutira à rien », a dénoncé un agriculteur exploitant une partie de la ferme Boucharaine dans la commune d’El Esnam, à l’est de Bouira. Pour étayer leurs propos et défendre ainsi ces fermes, les protestataires, qui ont organisé avant-hier, un rassemblement de protestation au niveau de la ferme d’El Esnam, ont expliqué que ces fermes emploient des dizaines de personnes et ce depuis de longues années. S’étalant sur plus de 1000 hectares, la ferme d’El Esnam relevant du plateau d’El Esnam est un modèle de réussite tant en matière de production que de gestion. « Nous avons des centaines de familles qui vivent du travail de ces terres. Les autorités locales doivent revoir leurs décisions d’ouvrir le capital public au privé », a-t-on dénoncé en soulignant que si demain ces exploitations seront gérées par le privé, « toutes ces familles seront jetées au chômage ».

M. H.