Il y a de ces matchs qu’on ne doit pas perdre. Qu’on est même obligé de gagner peu importe l’adversaire et l’écueil à franchir. La Tunisie et l’Algérie, un seul peuple et deux voisins que la balle ronde séparera, et dans les règles du fair-play bien sûr, l’espace de 90 minutes. Un derby maghrébin vital comptant pour la seconde journée (poule B) du premier tour de la Coupe d’Afrique des nations 2017 (14 janvier – 05 février au Gabon) qui se tiendra, à 17h00, dans le stade de Franceville.


Riyad Mahrez, auteur d’un doublé salvateur contre le Zimbabwe (2-2) lors de l’entrée en lice dans le tournoi, a trouvé le qualificatif pour ce rendez-vous qui a tout d’un couperet. « C’est un derby. Ça va être un match difficile. Ils ont un peu les mêmes caractéristiques que nous. Que le meilleur gagne. C’est un peu comme une finale, déjà. On est un peu en difficulté, donc on verra », a jugé le Fennec lorsqu’il a été questionné sur cette opposition face aux Tunisiens. Pas le droit à l’erreur donc pour les Algériens qui n’ont pas pu s’offrir un sursis à l’issus du match inaugural contre les Zimbabwéens. Ils s’étaient contentés d’un petit point glané dans la difficulté. Pour les «Aigles de Carthage», les choses ne se sont pas mieux passées parce qu’ils ont été surpris par un très réaliste Sénégal (défaite 2-0) voyant leur compteur gelé à zéro unité. Une contre-performance qui les met, eux aussi, dos au mur dans la messe gabonaise alors qu’ils font partie, comme l’Algérie d’ailleurs, des sélections susceptibles d’aller au-delà de la phase de groupes. Après une première journée qui ne s’est pas déroulée comme prévue, chez le Club Algérie, la frustration était palpable. « Les joueurs n’ont pas accepté ce match nul. Cependant, je leur ai demandé d’oublier cette partie et de se concentrer sur la prochaine. On a commis des erreurs face au Zimbabwe qui nous ont couté cher. On a beaucoup joué sur les longues balles au lieu de mettre le ballon à terre. On doit éviter les mêmes erreurs face à la Tunisie », a appelé le sélectionneur national Georges Leekens qui retrouvera certains de ses poulains qu’il a drivés lors de la défaite CAN où il a été cruellement éliminé en quart de finale part la Guinée-Equatoriale à l’issue d’un match rocambolesque. Pour rappel, la partie a été entachée par une grosse erreur d’arbitrage en faveur des Equato-guinéens.

La détermination est dans les deux camps

Le scénario catastrophe, c’est ce que Mehdi Abeid, pressenti pour être titulaire à la place d’un Guedioura qui n’a pas donné satisfaction dimanche dernier, et consorts voudront éviter. L’ancien milieu de terrain de Newcastle (Angleterre) et du Panathinaïkós (Grèce) se dit « prêt à jouer. Je me sens bien et on verra comment ça se passera d’ici le jour du match. Comme je vous l’ai déjà dit, je respecte les choix du coach. S’il décide de me faire jouer, je donnerai alors le maximum pour aider l’EN à battre la Tunisie.» A propos du choc maghrébin, le sociétaire de Dijon FCO reconnaît que, lui est ses compères, savent « pertinemment que ces deux matchs (contre la Tunisie et le Sénégal NDLR) ne seront pas faciles pour nous. Ça sera dur, mais nous sommes déterminés à donner le meilleur de nous-mêmes pour remporter ces deux rencontres.» Coté Tunisiens, le son de cloche est le même et la victoire est sur toutes les lèvres.
«Je le jure qu’on va jouer pour les trois points et rien que cela. In ch’Allah on sera dans notre jour pour faire plaisir à notre peuple », certifie Hamdi Nagguez dans les colonnes du quotidien Le Buteur. Le défenseur de l’Etoile Sportive du Sahel s’attend, cependant, à une mission délicate : «On sait une chose, les rencontres de football sont difficiles face aux équipes arabes», estime-t-il. C’est l’avis aussi de son coéquipier Ferjani Sassi qui reconnaît qu’ « il est clair que le match ne sera pas facile face à l’Algérie qui va se présenter comme une bête blessée après son semi-échec contre le Zimbabwe. Je pense que notre défaite face au Sénégal ne reflète pas notre forme.»

Fraîcheur physique  et bobos
La forme, c’est ce qui fera, en grande partie, pencher la balance de cette alléchante empoignade. Il faut savoir que les organismes ont souffert lors de la première journée. Les deux prétendants du jour ont couru derrière le score tout au long de la partie. Ce qui oblige les joueurs à une grosse débauche d’énergie. Une dépense abondante par moment pouvant causer des problèmes musculaires. Du coté de l’EN, Hilal Soudani en a fait les frais en se blessant derrière la cuisse. L’ex-Chélifien sera out pour ce match. En outre, l’incertitude plane sur la participation d’Islam Slimani (adducteurs) à la pointe de l’attaque. La décision le concernant sera prise ce matin au plus tard. En cas de forfait du meilleur buteur de l’équipe nationale en exercice (23 réalisations), Baghdad Bounedjah est apte pour prendre sa place dans le onze Dz. Alerte aussi pour Raïs M’Bolhi qui a ressenti, lors de la séance d’entraînement de mardi, des douleurs au niveau du genou ce qui l’a contraint à déclarer forfait pour la rencontre d’aujourd’hui. Il sera remplacé par le gardien de la JSK, Malik Asselah. L’autre changement assuré dans le « starting XI » concerne le flanc droit de la défense où Rabie Meftah suppléera Mokhtar Belkhiter qui ne pouvait pas prétendre à une place de titulaire après sa prestation ratée contre le Zimbabwe. Le secteur défensif sera, encore une fois, testé contre une première ligne tunisienne qui renferme des joueurs très explosifs et créatifs à l’instar de Msakni, qui a fait mal à El-Khadra en 2013, et Sliti. Les profils des deux antagonistes du jour sont similaires comme la mission du jour -d’ailleurs- qui sera de s’imposer pour se relancer dans cette 31e édition du prestigieux tournoi africain. On le sait très bien, dans ce genre de rencontres, c’est l’efficacité, le collectif et -surtout- la solidarité qui décideront du résultat final. Tout le monde devra attaquer pour prendre les devants et défendre pour protéger les arrières. Autrement, ça sera les regrets, les remords et le retour précoce à la maison. A vous de jouer.

Le Onze probable de l’équipe nationale
Asselah – Meftah – Mandi (c) – Bensebaïni – Ghoulam – Abeid – Bentaleb – Ghezzal (Hanni) – Brahimi – Mahrez – Slimani (Bounedjah)