La première trêve internationale de la saison 2021/2022 s’annonce agitée. En effet, plusieurs clubs de Premier League et de Liga refusent de libérer leurs internationaux, avec le soutien de leur Ligue respective. De quoi agacer la FIFA. Tout a commencé avec un communiqué de la fédération égyptienne de football indiquant que Liverpool refusait de libérer Mohamed Salah pour les deux matches face à l’Angola et au Gabon comptant pour les éliminatoires du Mondial 2022. Puis tout s’est enchaîné. Alisson, Fabinho, Roberto Firmino ne rejoindront pas la Seleção non plus. Mais les Reds ne sont pas les seuls pensionnaires de Premier League à avoir bloqué certains de ses joueurs. De son côté, Manchester City a ainsi fait savoir que ses Sud-Américains seront conservés (Fernandinho et Gabriel Jesus). Au total, ils sont près de 60 à être retenus.
Pour justifier cette attitude, les clubs anglais expliquent tout simplement qu’ils ne veulent pas voir les joueurs concernés partir dans des pays figurant sur la liste rouge du Royaume-Uni établie en raison de la pandémie. Concrètement, les clubs savent que si leurs joueurs se rendent dans ces pays, ils devront observer un isolement à leur retour et manqueront donc plusieurs matches. Un mouvement officiellement soutenu par la Premier League via un communiqué publié sur son site internet.
«Les clubs de Premier League ont décidé aujourd’hui (mardi, ndlr) à contrecœur, mais à l’unanimité de ne pas libérer de joueurs pour les matches internationaux disputés dans les pays de la liste rouge le mois prochain. La décision des clubs, fortement soutenue par la Premier League, s’appliquera à près de 60 joueurs de 19 clubs de Premier League qui doivent se rendre dans 26 pays de la liste rouge dans la fenêtre internationale de septembre. Cela fait suite à la position actuelle de la FIFA de ne pas étendre son exception de libération temporaire pour les joueurs tenus de se mettre en quarantaine à leur retour. De longues discussions ont eu lieu avec la FA et le gouvernement pour trouver une solution, mais en raison des problèmes de santé publique persistants concernant les voyageurs entrants en provenance des pays de la liste rouge, aucune exemption n’a été accordée».
La FIFA répond sèchement
L’Angleterre n’est pas la seule engagée dans ce bras de fer. En Espagne, plusieurs joueurs de Liga (Casemiro, Luis Suarez, Claudio Bravo, papa Gomez, Rodrigo De Paul, Eder Militão pour ne citer qu’eux) se trouvent également dans la même situation. Et après avoir soutenu l’action de la Premier League, LaLiga en a fait de même avec ses clubs. Toutefois, la Ligue espagnole pointe également des problèmes de calendrier pour justifier sa décision.
«LaLiga soutiendra dans tous les domaines la décision des clubs espagnols de ne pas libérer leurs joueurs internationaux pour la convocation de la CONMEBOL et engagera les actions juridiques pertinentes contre cette décision qui affecte l’intégrité de la compétition. (…) À l’heure actuelle, il y a 25 joueurs de 13 clubs différents, un nombre qui pourrait être augmenté lorsque les appels pour l’Équateur et le Venezuela seront annoncés. L’association espagnole comprend que le calendrier mondial ne peut et ne doit pas être modifié de cette manière, surtout lorsqu’il existe des solutions alternatives.»

Infantino recadre Tebas
Une levée de bouclier qui n’a pas fait trembler le président de la FIFA, Gianni Infantino. Ce dernier a d’ailleurs répondu à Javier Tebas, le président de LaLiga, via un communiqué publié par AS.
«J’accuse réception de vos communications datées du 19 et 20 août concernant la libération de différents joueurs pour des équipes représentatives de diverses associations membres sud-américaines. Tout d’abord, il convient de noter que la décision prise par le Bureau du Conseil de la FIFA le 5 de cette année est pleinement valable», note la FIFA.
L’instance ajoutera que «celui-ci a été adopté par l’organe compétent après une période de consultation préalable avec différents groupes d’intérêt du football international et, par conséquent, il devient effectif et obligatoire à la fois pour les associations membres et leurs clubs affiliés respectifs. Sur la base de ce qui précède, je voudrais souligner que la FIFA est ferme dans l’interprétation et l’exécution de ses décisions et règlements.
À cette fin et dans ce contexte particulier, je vous informe que l’administration de la FIFA procédera à réitérer aux associations membres respectives et aux clubs concernés les bases réglementaires auxquelles elles sont soumises, ainsi que je les informerai des conséquences de leur éventuelle non-conformité.» On ne fait pas céder la FIFA comme ça !