Mohamed Dahmani, 1er vice-président de la Fédération algérienne de tennis (FAT), a été désigné par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) au poste de président par intérim de l’instance fédérale en remplacement de Boualem Hadj-Ali, nommé par l’ancien ministre, a-t-on appris hier de l’intéressé. «Je remercie le ministre Sid Ali Khaldi qui a étudié le recours du Bureau fédéral déposé auprès de son département après la décision de nomination de Hadj-Ali par l’ancien ministre Bernaoui. Hadj-Ali était illégitime car il est membre et non pas 1er vice-président, poste qu’il a occupé jusqu’au 3 octobre 2019 quand je l’ai remplacé lors d’une réunion du Bureau fédéral, tout est confisqué dans le procès-verbal», a déclaré Dahmani à l’APS.
Rien contre
Hadj-Ali
Cinq membres du Bureau fédéral de la FAT avaient adressé une correspondance à l’actuel ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, en date du 7 janvier 2020, dans laquelle ils lui demandaient de leur accorder une audience. Les concernés ne reconnaîssaient pas la nomination de Boualem Hadj-Ali par l’ancien ministre Raouf Salim Bernaoui qui avait suspendu «temporairement» le président Mohamed Bessaâd pour «mauvaise gestion». «Quand Bessaâd a été suspendu temporairement, le Bureau fédéral a tenu une réunion extraordinaire le 26 décembre dernier lors de laquelle j’étais désigné selon l’article N.17 de nos statuts, mais par la suite nous apprenons la nomination de Hadj-Ali, annulant de fait notre décision prise dans le cadre des prérogatives du Bureau», a expliqué la même source. Avant de conclure : «Hadj-Ali doit savoir qu’il demeure notre collègue et nous n’avons rien contre lui, mais la décision de sa nomination nous a surpris, ce qui nous a poussés à faire un recours».n