Le processus de régularisation de la situation de la Fédération algérienne de karaté (FAK) est bien en marche après l’assemblée générale extraordinaire tenue, hier, à l’amphithéâtre de l’Institut national de la formation supérieure des cadres de la jeunesse (INFS) de Tixeraïne (Alger), au cours de laquelle il y a eu l’élection des commissions de candidature, de recours et ad hoc pour la passation de consigne, alors que l’assemblée générale élective est fixée au 20 janvier en cours au même lieu.

 

Conformément à la réglementation en vigueur et aux statuts et règlements de la Fédération algérienne de karaté, l’AG extraordinaire a débuté avec la vérification du quorum. Cette AG extraordinaire a été caractérisée par la présence de plusieurs anciens présidents de la fédération, des présidents de Ligue, y compris ceux du Sud, et de 10 clubs, et ce, en présence du représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), Hadj Cherrak. Ainsi, le secrétaire général de la FAK annonce au début des travaux que le quorum légal pour la tenue de l’AGex est de 50+1. Les membres statutaires sont de l’ordre de 56 membres et comme 47 membres sont présents, le pourcentage est donc de 83,82% et c’est largement supérieur au 50+1 et les travaux peuvent donc bien débuter », précise le SG de la FAK. Avant le démarrer de l’élection des membres de la commission de recours, le représentant du MJS a tenu à préciser que « les membres des commissions qui vont être élus doivent bien savoir qu’ils ne doivent pas se présenter aux élections». Quatre candidats se sont présentés pour l’élection de trois d’entre eux, puisque la Commission de candidature est composée de 5 membres (trois candidats, le SG de la FAK et le représentant du MJS). Les quatre candidats sont Boubrit ; Koutala, Touaguine et Zouaoui. Après l’élection à main levée, Touagunie comptabilise 51 voix ; Boubrit 49, Zouaoui 45 et Koutala 30 voix. Mais, un membre de l’AG fait remarquer que le nombre des membres présents est de 47, il ne pourrait y avoir plus de 47 voix pour un candidat.Ce qui a obligé le représentant du MJS à demander aux membres de l’AG de choisir entre entériner le vote ou refaire l’opération élection et finalement, c’est sur la base de ces résultats que les membres de l’AG ont convenu. Ainsi donc la commission des candidatures est composée de Touaguine Ahmed (Ligue de Tindouf), Boubrit Mohamed (Ligue de Skikda), Zouaoui Ahmed (Ligue de Blida), le SG de la FAK et un représentant du MJS.Les membres de l’AG passent alors au vote des membres de la Commission de recours. Trois candidats se sont présentés et les membres de l’AG ont voté à l’unanimité pour ces trois membres et il s’agit de Djaâfar Abderrahmane Walid (Ligue de M’sila), Segar Adlène (Ligue de Constantine) et Sadmin Moussa (Ligue de Bouira). Enfin, les membres de l’AG de la FAK ont procédé au vote de la Commission ad-hoc chargée de la passation des consignes et ce sont deux membres qui se sont présentés, à savoir Bouazza Mohamed (Ligue de Béchar) et Kebir Medjdoub (Ligue de Naâma) qui ont été d’ailleurs élus à main levée et à l’unanimité.

La fin des crises de la FAK en vue
Ainsi, l’ouverture du dépôt des dossiers des candidatures a débuté hier à midi et prendra fin dimanche 14 janvier en cours à midi. Après la réunion de la commission des candidatures qui annoncera dans une huitaine de jours les noms des candidats retenus, les recours sont alors ouverts pour 48 heures pour chaque candidat. Et une fois la décision de la Commission des recours annoncée, il n’y aurait de recours que lors de l’AG élective et ce, devant le bureau de vote. Les horaires d’ouverture du bureau permanent de dépôt des candidatures est fixé de 8h à 17 heures. Quant à l’assemblée générale élective, elle est officiellement fixée au 20 du mois en cours à l’amphithéâtre de l’Institut national de la formation supérieure des cadres de la jeunesse (Infs) de Tixeraïne (Alger). Ainsi donc l’AG extraordinaire s’est déroulée dans un véritable esprit de famille et surtout dans la sérénité et le calme. Ce qui est de bon augure pour que le karaté algérien retrouve sa place au sein de la Fédération mondiale de la discipline qui l’avait suspendu depuis 8 mois pour avoir été dirigé par un directoire. Ce qui n’est pas reconnu par l’instance mondiale de karaté et encore moins dans la charte olympique.