Il a fallu attendre pas moins de 5 mois de suspension de la Fédération algérienne de karaté-do (FAK) par la Fédération mondiale de karaté-do (WFK) pour que,

enfin, les responsables concernés décident de revenir à la raison pour annoncer l’organisation d’une Assemblée générale extraordinaire (Agex) fixée au 6 janvier prochain (9h) à l’amphithéâtre de l’Institut national de la formation supérieure des cadres de la jeunesse (INFS) de Tixeraïne (Alger).

Finalement, le ministère de la Jeunesse et des Sports a changé d’avis pour se plier à la démarche préconisée par la WFK à savoir, organiser une assemblée générale élective pour un nouveau président et un nouveau bureau fédéral car les règlements et statuts ne reconnaissent pas de directoire.
On se souvient que le mois passé, alors qu’il était en visite dans la wilaya de Mila, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, a déclaré que des démarches étaient en cours actuellement pour lever la suspension de la Fédération algérienne de karaté-do (FAK) infligée par la Fédération mondiale de la discipline (WKF). M. Ould Ali a alors qualifié cette sanction «d’injuste», soutenant que des «efforts intenses» étaient en cours pour résoudre ce problème. Il a également fait savoir qu’une assemblée générale extraordinaire de la FAK était prévue prochainement afin de désigner un bureau chargé de gérer le Championnat national de karaté et permettre aux éléments de l’équipe nationale de participer aux compétitions. Or, ce n’est nullement la démarche préconisée par la Fédération mondiale qui a demandé l’organisation d’une Assemblée générale élective pour un nouveau président et un nouveau bureau pour lever la suspension. Mais, selon la Fédération algérienne de karaté, citée par l’APS mercredi dernier, l’ordre du jour de cette assemblée extraordinaire prévue le 6 janvier prochain portera sur l’élection des commissions de candidature, de recours et ad hoc chargées de la passation de consignes, souligne la même source. Ce qui voudrait dire qu’on revient bel et bien à la légalité pour régler ce problème qui a vraiment freiné toutes les ligues et surtout les athlètes dans leurs préparations des compétitions régionales et internationales.

Petit rappel de la suspension
Le 7 août dernier, la Fédération mondiale de karaté-do (WKF) avait suspendu avec «effet immédiat» la Fédération algérienne de karaté-do (FAK), actuellement dirigée par Aboubaker Mekhfi à la tête d’un directoire.

Mais avant cela, la WKF avait demandé au ministère de la Jeunesse et des Sports de «faciliter» l’organisation d’une assemblée élective et de trouver dans «un délai de 45 jours» une solution aux «dysfonctionnements» que vit la FAK depuis plusieurs mois. Il y a lieu de noter au passage que Aboubaker Mekhfi a été désigné fin mai par le MJS à la tête d’un directoire pour gérer les affaires de la FAK en attendant l’organisation d’une assemblée générale élective (AGE), une décision considérée «en contradiction» avec les textes et règlements de la Fédération mondiale de karaté et de la charte olympique. Or, il se trouve que Mekhfi a été suspendu en juillet dernier pour deux ans de toutes les activités et représentations au sein de l’Union des Fédérations africaines de karaté (UFAK) pour «diffamation et déclarations calomnieuses», tenues à l’issue des Championnats d’Afrique-2017 de karaté, organisés du 29 mai au 4 juin à Yaoundé (Cameroun). C’est ainsi que la Fédération mondiale de karaté, dans une correspondance adressée le 8 juin au ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, a indiqué : «Nous avons le regret de vous informer que nous avons enregistré des dépassements et dysfonctionnements en contradiction avec les textes et règlements de la WFK et la charte olympique au sein de la Fédération algérienne de karaté depuis la démission du président sortant, au mois d’avril 2016 à ce jour, et qui doivent trouver leur solution dans un délai ne dépassant pas les 45 jours.» Cette dernière «décision» des «responsables concernés» d’organiser une Agex pour désigner une Commission d’organisation des élections est de bon augure à l’orée de cette année 2018 où, enfin les athlètes pourront se préparer dans de meilleures conditions et surtout avec une nouvelle équipe bien reconnues par les instances continentale et mondiale.