Le Barça est en état précaire. Au niveau financier, oui, mais aussi désormais assez nettement sur le terrain, où les fondations semblent aussi fragiles que les caisses catalanes vides. C’est peut-être l’enseignement de ce samedi au Camp Nou, après un nul finalement heureux face à une équipe de Valence moins talentueuse mais bien plus cohérente collectivement (2-2).
Même si ce Barça a mené au score, il a parfois paru si friable qu’une équipe che plus réaliste aurait pu empocher les trois points. Après coup, Ronald Koeman a tiré un bilan froid de l’après-midi de son équipe : « Notre match a été irrégulier, a-t-il commenté. Il y a eu des moments avec du bon football, de contrôle total du match notamment après le 2-1 où on a essayé de mettre le troisième, mais il y a aussi eu des moments où on a perdu des ballons dans des zones de danger ».

ANIMATION CONFUSE, LIGNE OFFENSIVE STÉRILE
Au fond, la puissance offensive du Barça, sur le papier, n’a d’égale que sa fragilité défensive. Dès lors, c’est un football total qui se met en place, un match de boxe où les coups barcelonais, bien trop confus, ont du mal à faire mouche. Surtout avec cette animation illisible et cette possession stérile où les profils offensifs semblent encore se marcher dessus.
« Ce qui m’inquiète, c’est que parfois l’équipe ne sait pas ce que le jeu impose, a poursuivi le Néerlandais. On sait qu’on est une équipe qui aime toujours attaquer et marquer des buts, mais il y a aussi des moments où il faut défendre et contrôler le match. C’est le risque, de jouer des un contre avec beaucoup d’espaces dans ton dos. Et on a perdu beaucoup de ballons, donc ça a été d’autant plus compliqué. On n’a pas été bien durant tout le match, on a eu des sautes de concentration… »
De son côté, Araujo, titulaire derrière mais surtout sauveur devant avec un but magnifique, a préféré mettre en avant le positif : « On a commis quelques erreurs derrière qu’on n’a pas le droit de concéder, il faut y travailler, a avancé le défenseur. C’est dommage parce qu’on a eu les occasions mais la balle n’est pas entrée. Si on avait marqué un but de plus, on aurait été un peu plus tranquilles. Mais l’équipe va bien, on est dans une bonne dynamique et on espère continuer à gagner et à accumuler les points ».

LES SEQUELLES DE LA JUVE
Dans le fond, il n’a pas tort. Depuis la défaite face à l’Atlético, le Barça a enchaîné quatre victoires en Liga et ce nul face à Valence. Le Barça n’est que 5e à huit points du leader madrilène. Rien de rédhibitoire. Mais la rouste reçue face à la Juventus en Ligue des champions (3-0) laisse deviner un bateau catalan clairement pas à l’abri des vagues et surtout encore incapable de subir un nouveau tsunami. Dans la tête, les traces des fessées passées semblent encore présentes au moindre moment de flottement.
« J’ai vu l’équipe douter, oui, a commenté sobrement Koeman, inquiet. Mais la course au titre n’est pas encore perdue, on est loin derrière, mais c’est une saison très compliquée pour tout le monde. Dans deux mois, la situation peut être totalement différente ». Mais elle peut l’être dans les deux sens… n