La première de Martin Braithwaite sous les couleurs du FC Barcelone n’est pas passée inaperçue. Décisif après son entrée en jeu contre Eibar (5-0) samedi, le Danois a été comparé à l’ancien attaquant barcelonais Henrik Larsson sur les réseaux sociaux. Et il n’est pas près de mettre le maillot de cette première au nettoyage. Ses débuts étaient forcément scrutés. Martin Braithwaite a été sous les feux des projecteurs toute la semaine. L’élu pour palier la blessure d’Ousmane Dembélé, recruté pour 18 millions d’euros, était déjà dans le groupe du Barça pour la réception d’Eibar, deux jours seulement après l’officialisation de sa signature. Le Danois est entré en cours de jeu. Et il s’est illustré. Impliqué sur les deux derniers buts du club blaugrana, large vainqueur de la rencontre (5-0), l’ancien Toulousain s’est déjà mis le Camp Nou dans la poche.

Le Danois et le Suédois
La comparaison avec Henrik Larsson n’a pas tardé à fleurir sur les réseaux sociaux. L’attaquant suédois, après avoir fait la pluie et le beau temps au Celtic, avait évolué deux saisons au Barça entre 2004 et 2006. Dans un rôle de réserviste, Larsson avait fait l’unanimité avant de partir en beauté avec deux passes décisives en finale de la Ligue des champions 2006 face à Arsenal (2-1). Une légère ressemblance avec le Suédois, un dévouement pour accepter un rôle de réserviste et une capacité à avoir de l’impact et à se montrer décisif quand il a du temps de jeu : autant de similitudes qui ont valu cette comparaison flatteuse à Braithwaite. Le Danois a certainement apprécié. Mais il a surtout savouré cette première apparition particulièrement réussie. Et cette accolade avec Lionel Messi qui n’a pas manqué, elle aussi, de faire le tour des réseaux sociaux. «Je suis vraiment heureux d’avoir donné ma première passe décisive à Messi, a déclaré Braithwaite. Il est venu me féliciter, c’est un type bien et il a tout fait pour me mettre dans les meilleures conditions. Il m’a fait un câlin, alors je ne laverai pas mon maillot.» Et dire qu’il y a seulement une semaine, l’ancien attaquant du TFC décrochait un pénible nul avec Leganés face au Betis (0-0). Le foot, ça peut vraiment aller très vite.