L’été dernier, Lionel Messi a voulu quitter le FC Barcelone avant de décider d’honorer sa dernière année de contrat qu’il avait renouvelé en 2017. A l’époque, il avait rempilé pour un salaire total de 138 millions d’euros annuels entre fixe et bonus. Des revenus qui relèvent de la déraison sachant que le «Barça» s’est retrouvé dans une situation économique caractérisée par un dangereux surendettement.

Les chiffres qui donnent du tournis, on en a l’habitude dans l’univers du football. Mais ceux que le quotidien espagnol El Mundo a révélés hier concernant Lionel Messi sont, pour beaucoup, scandaleux. Il ne s’agit pas de contester le génie de l’Argentin qui est, depuis un certain moment, sur le déclin. Il en va plutôt de la manière dont l’ancienne direction, chapeautée par Josep Bartomeu, a négocié la prolongation de son maître à jouer.

Dette aggravée
Un bail en or massif, c’est ainsi qu’on pourrait qualifier les 4 années de contrat proposées par l’état-major catalan. Ce qui a grandement accentué la dette des Blaugrana qui s’élèverait à 1.173 milliards d’euros. Un montant colossal qui vient refléter un modèle économique suicidaire instauré par Bartomeu et ses collaborateurs. Les derniers chiffres publiés par «El Mundo» viendront -est c’est un gros risque- détruire le mythe de l’amour du maillot et du club qui a fait de Léo une légende vivante de la balle ronde en Catalogne mais aussi dans les quatre coins de la planète. Il est compréhensible qu’un footballeur gagne aisément sa vie. Les salaires à 30 ou 40 millions, c’est chose courante pour les vedettes telles que Cristiano Ronaldo, Neymar et Mbappé.

L’envers de la loyauté
Cependant, ce que touche la «Pulga» au nom de l’attachement et la loyauté ne peut trouver aucune justification rationnelle. D’autant plus que les résultats sportifs de l’ogre espagnol ont été désastreux sur cette période. Aucune Ligue des Champions sur cet intervalle (ce qui fera qu’il n’empochera que 92% du montant en question). Pire, des humiliations et des «remontada» essuyées sur le plan européen sans que le sextuple Ballon d’Or ne parvienne à aider les siens et justifier, ne serait-ce qu’un peu, ces honoraires monumentaux. Pour les détails, c’est «555 237 619 euros bruts. La somme de son salaire, de ses droits à l’image, de primes inédites, d’indemnités et de variables», précise El Mundo qui note que le quintuple Soulier d’Or a perçu « 115 millions d’euros de prime de renouvellement ou encore… 78 millions d’euros de prime de «fidélité».»
Tout au long de sa carrière, Messi aura apporté beaucoup au team 5 fois vainqueur de la Ligue des Champions. Cependant, la fin de la collaboration footballistique fait surgir des détails confidentiels qui risquent de porter un préjudice considérable à l’image qu’il a toujours cultivée : à savoir un joueur loyal qui s’est toujours senti dans sa maison. C’était la façade d’une histoire d’amour qui avait, comme tant d’autres, un prix.