Les prix mondiaux des produits alimentaires ont globalement progressé en avril 2021, une onzième hausse mensuelle consécutive provoquée notamment par la croissance des prix des huiles et du sucre, a annoncé jeudi la FAO, agence de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation. L’indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 120,9 points en avril 2021, soit une hausse de deux points par rapport à mars et pas moins de 28,4 points de plus qu’à la même période en 2020, atteignant son plus haut niveau depuis mai 2014. «La hausse enregistrée en avril est due en premier lieu à l’augmentation des prix du sucre, puis de ceux des huiles, de la viande, des produits laitiers et des céréales», a indiqué la FAO. Concernant le sucre, il a progressé de 3,8 points en avril et de près de 60% par rapport à son niveau du même mois en 2020. Un rebond «dû à un niveau d’achats élevés, dans un contexte où la lente progression des récoltes au Brésil et les dégâts provoqués par le gel en France ont amplifié les craintes d’un resserrement des disponibilités mondiales en 2020-2021», selon la FAO. L’indice des prix des huiles végétales était de 162 points en avril, en hausse de 2,9 points en glissement mensuel. Une tendance de fond à la hausse «qui s’explique par le fait que la progression des cours des huiles de soja, de colza et de palme a plus que compensé la baisse des cours de l’huile de tournesol». «Les prix de l’huile de palme ont continué d’augmenter en avril en raison de craintes quant à une croissance de la production plus lente que prévue dans les principaux pays exportateurs», a indiqué la FAO. Concernant les céréales, l’indice FAO a progressé de 1,5 point en avril, notamment en raison de «superficies plantées moins importantes que prévu aux Etats-Unis d’Amérique et des craintes quant aux conditions de culture en Argentine, au Brésil et aux Etats-Unis d’Amérique», lesquelles ont tiré vers le haut les prix du maïs (+5,7% en avril). «Les prix du blé ont été soutenus par cette hausse des prix du maïs, ainsi que par des craintes concernant les conditions de culture aux Etats-Unis d’Amérique et dans plusieurs pays d’Europe, mais ils sont dans l’ensemble restés stables, car les perspectives concernant la production au niveau mondial sont favorables.» Les indices FAO des prix des produits laitiers et de la viande ont également progressé en raison de la demande asiatique. (APS)