Désormais, l’histoire de l’Algérie a un nouveau repère. Les incendies qui ont ravagé le pays ces derniers jours, avec l’avalanche de catastrophes humaines, maisons, faune et flore, resteront gravés dans l’esprit de chaque citoyen. Le ciel était rougeâtre par les feux, le sang et la rage, ainsi que le désespoir…
Les leçons à tirer sont nombreuses. Il est impossible que l’Algérie d’avant les incendies et celle d’après reste la même. Il est, également, impardonnable de continuer à vaquer à ses occupations en omettant tout ce qui s’est passé. Pas question de passer à « autre chose ».
L’algérianité, tant usitée par populisme ou démagogie, s’est manifestée cette fois concrètement. Non par les officiels, mais par les citoyens eux-mêmes. L’Etat a été présent, non par ses représentants installés dans leurs bureaux et obnubilés par leur « pouvoir », mais à travers le lien sociétal.
Ce qui s’est passé est l’occasion de se regarder dans les yeux. Faire une halte, même toute petite, s’impose pour tout le monde. Les feux qui ont secoué plusieurs régions du pays ont apporté avec eux les démons de la discorde. L’assassinat du jeune Djamel Bensmaïl doit secouer toutes les consciences. Il est venu au bout d’un « cheminement » dont le terrain était surtout les réseaux sociaux.
Se rappeler que ce qui s’est passé à Larbaâ Nath Irathen est arrivé comme une « concrétisation » d’une ambiance que tout le monde subissait, et dont la majorité négligeait les conséquences. Les signes étaient, et depuis quelques années, très nombreux. Il y avait de la cécité, c’était juste avant la myopie, et après c’était la clarté, et tout au long de ces « péripéties », l’inertie a prédominé. Le cumul des non-réactions ne pouvait accoucher d’une « lumière ». Les discours haineux et fascisants, de tous bords, ont été les exécutants de Jimmy. Une claque pour tous les endormis.
Des malheurs vécus, et que vivent encore de nombreux Algériens, il n’y a pas d’autres choix que de se ressaisir. Une nation ne se bâtit pas sur des discours ou des injonctions. Les feux de Kabylie et d’ailleurs ont ce pouvoir de régénérer le pays. L’Algérie se relèvera.