Réactions recueillies par l’APS de certains responsables de club, à l’issue de la décision prise hier par le Bureau exécutif de la Fédération algérienne de football (FAF) de convoquer une Assemblée générale extraordinaire (AGEx) pour se prononcer sur l’avenir des compétitions, suspendues depuis le 16 mars en raison de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19) :

Taoufik Kourichi (directeur du pôle compétitif et porte-parole du CR Belouizdad/Leader) : «Nous sommes toujours dans le flou. Il s’agit d’une décision qui fait durer le suspense. J’aurais aimé que le Bureau fédéral décide de mettre un terme définitif à la saison, d’autant qu’il a les prérogatives, selon l’article 82 des statuts, nous sommes devant un cas de jurisprudence. Il y a aussi l’article 29 des statuts, relatif à la convocation d’une AGEx, cette dernière ne pourra en aucun cas trancher l’avenir du championnat. Pour gagner du temps, l’idéal aurait été d’arrêter la saison et de convoquer une AGEx qui se prononcera sur la suite à donner. Nous n’avons aucune visibilité par rapport à l’actuel exercice, ou bien la saison prochaine. Soyons objectifs, le nombre de cas de Covid-19 ne cesse d’augmenter, le danger demeure toujours présent et le sera pour longtemps. Impossible de reprendre dans de telles conditions, c’est vraiment compliqué. Malheureusement, nous sommes en train de tourner en rond».

Abdenacer Almas (président du Conseil d’administration du MC Alger/3e) : «Je pense que le Bureau fédéral de la FAF a opté pour la sagesse en prenant cette décision qui traduit sa volonté de faire participer la partie prenante pour trancher une fois pour toute l’avenir du championnat. L’assemblée générale est souveraine. Nous respecterons la décision qui sera prise à l’issue de cette AGEx. Tout le monde veut être fixé sur le sort qui sera réservé au championnat, le suspense n’a que trop duré».

Azzedine Arab (président du Conseil d’administration de l’ES Sétif/2e) : «C’est un scénario que nous avons redouté. Nous sommes dans une situation assez compliquée. La FAF aurait dû assumer ses responsabilités. Le flou persiste toujours et la décision du Bureau fédéral nous fait revenir à la case départ. L’interdiction des rassemblements est toujours en vigueur, ce qui pourrait retarder la tenue de l’AGEx».

Azzedine Bennacer (président du NC Magra/Dernier) : «C’était une décision prévisible. La FAF ne veut pas assumer ses responsabilités. En recourant à l’AG, elle s’en lave les mains. Nous avons perdu assez de temps, il fallait prendre la décision de convoquer une AGEx plus tôt, en juin dernier par exemple. Je pense qu’il n’y aura pas de relégation, tout en décidant de faire accéder les quatre premiers de la Ligue 2 pour former une Ligue 1 à 20 clubs et satisfaire tout le monde. Il reste à trancher la question du titre, l’octroyer ou non au CR Belouizdad. Le dernier mot reviendra à l’AG».