Plus de 500 étudiants en pharmacie des départements d’Alger, Blida et Tizi Ouzou ont tenté de tenir un sit-in, hier, dans la matinée à la place du 1er-Mai.

Ils ont été vite dispersés par les forces de l’ordre. « Dès notre arrivée, les forces de l’ordre nous ont empêché de tenir notre rassemblement. On a été dispersés et forcés de monter dans les bus alors que certains ont été conduits aux commissariats », nous a rapporté un étudiant. Ajoutant : « Nous sommes venus ici aujourd’hui pour dénoncer les promesses non tenues par le ministère de l’Enseignement supérieur et celui de la Santé.
Après l’échec de notre rassemblement près du ministère de la Santé, notre choix s’est porté sur la place du 1er-Mai pour pouvoir sensibiliser l’opinion publique à notre cause». Cette action de protestation « est une réponse aussi au ministre de la Santé qui a annoncé que nos revendications avaient été satisfaites, alors que concrètement rien n’a été fait », nous a déclaré un des protestataires. Rappelons que le 19 février, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avait rendu publique une feuille de route dressée pour la prise en charge des revendications des étudiants en pharmacie. Malgré cela, les étudiants ont exprimé leur volonté à maintenir la grève jusqu’à concrétisation de leurs revendications. Concernant la suite du mouvement de protestation, la coordination des étudiants en pharmacie a prévu de se réunir dans les plus brefs délais pour prendre une décision.

Fin de crise chez les architectes ?
Dans un autre registre, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a affirmé, mardi, que l’Ordre des architectes accueille « sans exclusive » tous les titulaires de mastère en architecture et de diplômes d’architecte, système classique, pour effectuer un stage et prêter serment.
Lors de la deuxième réunion tenue au siège du ministère avec les représentants des étudiants en architecture, « ces derniers ont été informés des efforts déployés par le secteur depuis la réunion du 5 février 2017 avec les représentants des étudiants au niveau national », indique un communiqué de l’Ordre des architectes. « En dépit du caractère professionnel de leurs revendications qui ne sont pas des prérogatives du secteur de l’Enseignement supérieur, et en réponse aux efforts du secteur, le président du Conseil national de l’ordre des architectes (CNOA) a adressé au ministre de l’Enseignement supérieur une lettre portant n°30, datée du 21 février 2017, dans laquelle il a affirmé que l’OA accueille, sans exclusive, toutes les demandes des titulaires de mastère en architecture et de diplômes d’architecte, système classique, pour effectuer un stage et prêter serment, et ce conformément au décret exécutif n°14-345, datée du 8 décembre 2014 », précise la même source. Le responsable a ajouté dans la lettre que la « cérémonie organisée par l’OA, le samedi 18 février 2017, pour la prestation de serment a concerné un grand nombre de titulaires de mastère en architecture ». Durant cette réunion qui intervient suite à une série de rencontres avec les responsables des établissements universitaires concernés, les représentants des étudiants ont appelé à nouveau le « secteur à poursuivre la médiation avec les instances concernées en vue de la prise en charge de leurs revendications professionnelles », a indiqué le communiqué. Le ministère a informé les étudiants durant cette rencontre des « difficultés soulevées par les établissements universitaires concernant le rattrapage des cours, notamment les ateliers ».