Le nouveau coronavirus continue de prendre de l’ampleur en Algérie. Avec quatre morts, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, tout en affirmant qu’il use d’un discours apaisant pour ne pas alarmer la population, reconnaît toutefois que l’Algérie dispose de moyens relativement moins importants que l’Europe pour faire face à une propagation plus importante.

C’est pourquoi, il en appelle au «bon sens des citoyens» qui viendra s’ajouter aux différentes mesures prises par les pouvoirs publics afin d’éviter une plus grande contamination par ce virus mortel. «Toutes les possibilités de riposte contre le coronavirus peuvent être envisagées. Nous avons pris des mesures et d’autres seront prises au fur et à mesure de l’évolution de la situation», a-t-il déclaré, hier, sur les ondes de la Radio nationale, insistant que «nous avons des plans à tous les niveaux et nous nous préparons à toute situation». Dans ce cadre, il a fait savoir, au sujet d’un éventuel confinement de certaines zones comme Blida et Boufarik où les premiers cas de coronavirus sont apparus, que cette mesure était «envisageable» précisant que «c’est une mesure que nous gardons, mais que nous ne souhaitons pas exécuter, car nous avons l’espoir que la situation ne s’aggrave pas».
Il a, toutefois, mis en garde contre le risque de voir le scénario qui se déroule actuellement en Europe se produire en Algérie, dans le cas où les mesures d’urgence maximum arrêtées par les autorités ne sont pas respectées par les citoyens. Avec des moyens «relativement réduits par rapport à l’Europe, les Algériens, à travers des comportements exemplaires, contribueraient certainement à permettre d’endiguer au maximum l’extension de ce virus», selon le Pr Benbouzid, qui a tenu à préciser qu’il «diffuse un discours apaisant, aux fins d’éviter la panique et de préserver la santé des citoyens pour ne pas les affoler».
Le pays dispose actuellement de «plus de 400 lits de réanimation» et «les espaces à mettre immédiatement en place avec des respirateurs sont en cours d’identification», de même que «les établissements de santé relevant des secteurs public et privé sont tous interpellés» pour faire face à l’épidémie et réduire le risque de sa propagation. Mais cela peut s’avérer nettement insuffisant face à une propagation comme celle vécue par des pays comme l’Italie, la France ou encore tout récemment l’Espagne.
Afin d’éviter de telles situations, le ministre est revenu, encore une fois, sur les mesures prises et qui ont consisté au report de toutes les activités à caractère culturel et sportif, ainsi que l’appel lancé aux citoyens pour le confinement des personnes âgées et la garde des enfants à la maison. Il a rassuré, dans ce sens, que «le pays a mobilisé un ensemble de dispositifs et nous avons des plans à tous les niveaux pour faire face à l’épidémie», précisant que «l’ensemble du pays est en attente armée» contre les dangers potentiels que représente le coronavirus.

Appel à suspendre «provisoirement» le Hirak
Par ailleurs, le ministre de la Santé s’est exprimé à nouveau sur le mouvement populaire. Il a déclaré, à ce propos, qu’il était «très dangereux scientifiquement» de poursuivre le mouvement populaire (Hirak), car il s’agit d’un regroupement favorable à la propagation du nouveau coronavirus.
«Au-delà des revendications populaires que je respecte, le Hirak est avant tout un regroupement de personnes parmi lesquelles il pourrait y avoir des porteurs du coronavirus qui risquent de contaminer d’autres. Donc, scientifiquement, il est très dangereux de poursuivre le Hirak», a-t-il affirmé.
Le Pr Benbouzid a estimé, dans cet ordre d’idées, que la suspension des marches et des mobilisations populaires relève du «bon sens patriotique» des citoyens, rappelant que l’interdiction de tout regroupement faisait partie des mesures préventives prises contre la propagation de covid-19, qui a déjà fait quatre morts et contaminé 54 personnes à travers huit wilayas. Il a souligné qu’il s’agit, certes, d’«un nombre réduit», mais qui demeure tout de même «inquiétant». C’est pourquoi, il a salué les personnes qui agissent dans ce sens et invitent les manifestants à éviter d’investir la rue «provisoirement, le temps de se débarrasser de ce fléau qui est un réel danger» pour tous les citoyens et pout tout le pays, a-t-il noté.<